Info

Apollo et Marsyas

Apollo et Marsyas

01de 02

Apollo et Marsyas

Lekanis, IVe siècle "Apollo assis sur un rocher joue de sa cithare. Il porte un costume asiatique ou scythique indiquant Apollo Hyperborean. Marsyas jouant de sa double flûte porte une peau de léopard nouée sur la poitrine. Calliope avec lyre et tambour. ". Galerie numérique NYPL

Maintes et maintes fois dans la mythologie grecque, nous voyons de simples mortels osant sottement rivaliser avec les dieux. Nous appelons cela le trait humain hubris. Peu importe la qualité d'un mortel rempli d'orgueil envers son art, il ne peut pas gagner contre un dieu et ne devrait même pas essayer. Si le mortel parvient à gagner le prix du combat lui-même, il aura peu de temps pour se glorifier de la victoire avant que la divinité en colère ne se venge. Il ne faut donc pas s'étonner que, dans l'histoire d'Apollo et de Marsyas, le dieu fasse payer Marsyas.

Ce n'est pas juste Apollo

Cette dynamique d'orgueil / de vengeance se répète dans la mythologie grecque. L'origine de l'araignée dans le mythe grec provient de la lutte entre Athéna et Arachne, une femme mortelle qui s'est vantée de son talent de tissage supérieur à celui de la déesse Athéna. Pour l'attraper, Athéna a accepté de se disputer, mais Arachne a joué aussi bien que son adversaire divin. En réponse, Athena l'a transformée en une araignée (Arachnid).

Un peu plus tard, une amie d'Arachne et une fille de Tantale, du nom de Niobé, se sont vantées de sa progéniture de 14 enfants. Elle a prétendu avoir eu plus de chance que la mère d'Artémis et d'Apollo, Leto, qui n'en avait que deux. Irrité, Artemis et / ou Apollo ont détruit les enfants de Niobe.

Apollo et le concours de musique

Apollo a reçu sa lyre du voleur infantile Hermès, futur père du dieu Sylvan, Pan. En dépit de controverses entre spécialistes, certains spécialistes soutiennent que la lyre et la cithare étaient à l’époque les mêmes instruments.

Dans l'histoire d'Apollo et de Marsyas, un mortel phrygien nommé Marsyas, qui aurait pu être un satyre, s'est vanté de ses compétences musicales sur les aulos. L'Aulos était une flûte à double anche. L'instrument a plusieurs histoires d'origine. Dans l'un d'eux, Marsyas a trouvé l'instrument après qu'Athéna l'ait abandonné. Dans une autre histoire d'origine, Marsyas a inventé l'aulos. Le père de Cléopâtre a évidemment aussi joué de cet instrument, puisqu'il était connu sous le nom de Ptolémée Aulète.

Marsyas a prétendu qu'il pourrait produire de la musique sur ses pipes bien supérieure à celle d'Apollo à la plume de cithare. Certaines versions de ce mythe disent que c’est Athéna qui a puni Marsyas pour avoir osé ramasser l’instrument qu’elle avait jeté (parce que cela lui avait défiguré le visage lorsqu’elle avait gonflé les joues pour se souffler). En réponse au braggadocio mortel, différentes versions soutiennent que soit le dieu a défié Marsyas à un concours, soit Marsyas a défié le dieu. Le perdant devrait payer un prix effroyable.

02 sur 02

Apollo torture Marsyas

Saint-Pétersbourg - Hermitage - Châtiment de Marsyas pour avoir osé défier Apollo à un concours de musique. Romain, après le groupe sculptural grec de la deuxième moitié du IIIe siècle av. J.-C. Marbre. CC utilisateur Flickr thisisbossi

Dans leur concours de musique, Apollo et Marsyas se sont relayés sur leurs instruments: Apollo sur sa cithare à cordes et Marsyas sur ses aulos à double tuyau. Bien qu'Apollo soit le dieu de la musique, il a fait face à un digne adversaire: musicalement parlant. Si Marsyas était vraiment un adversaire digne d'un dieu, il n'y aurait guère plus à dire.

Les juges qui décident sont également différents dans différentes versions de l'histoire. On soutient que les Muses ont jugé le concours du vent contre les cordes et une autre version dit que c'était Midas, le roi de Phrygie. Marsyas et Apollo étaient presque égaux pour le premier tour et les Muses jugèrent donc vainqueur Marsyas, mais Apollo n’avait pas encore abandonné la partie. Selon la variation que vous lisez, soit Apollo a mis son instrument à l'envers pour jouer le même morceau, soit il a chanté sur l'accompagnement de sa lyre. Comme Marsyas ne pouvait ni frapper dans les extrémités fausses et très séparées de son aulos, ni chanter - même en supposant que sa voix puisse correspondre à celle du dieu de la musique - alors qu'il soufflait dans ses tuyaux, il n'avait aucune chance de le faire. version.

Apollo a gagné et a réclamé le prix du vainqueur sur lequel il s'était mis d'accord avant de commencer le combat. Apollo pouvait faire ce qu'il souhaitait à Marsyas. Marsyas a donc payé son orgueil en étant accroché à un arbre et écorché vif par Apollo, qui avait peut-être l'intention de transformer sa peau en flacon de vin.

Outre les variations de l’histoire en termes d’origine de la double flûte; l'identité du ou des juges; et la méthode utilisée par Apollo pour vaincre le concurrent - il existe une autre variation importante. Parfois, c'est le dieu Pan, plutôt que Marsyas, qui rivalise avec son oncle Apollo.

Dans la version où les juges Midas:

"Midas, roi mygdonien, fils de la déesse mère de Timolus, fut pris comme juge au moment où Apollo contestait Marsyas, ou Pan, sur les pipes. Quand Timolus a donné la victoire à Apollo, Midas a déclaré qu'elle aurait plutôt dû être donnée à Marsyas. Puis Apollo, furieux, dit à Midas: "Tu auras des oreilles pour égaler l'esprit que tu as pour juger", et avec ces mots, il lui fit avoir les oreilles de fesses."
Pseudo-Hyginus, Fabulae 191

M. Spock, un demi-Vulcain de «Star Trek», qui portait un bonnet de laine pour se couvrir les oreilles chaque fois qu'il devait se mêler aux terriens du XXe siècle, Midas se cachait les oreilles sous un bonnet conique. La casquette a été nommée pour son pays d'origine, Phrygie, et celui de Marsyas. Il ressemblait à la casquette des esclaves affranchis romains, la pileus ou casquette de liberté.

Les références classiques du conflit entre Apollo et Marsyas sont nombreuses et peuvent être trouvées dans La Bibliotheke de (Pseudo-) Apollodorus, Herodotus, Les Lois et Euthydème de Platon, les Métamorphoses d'Ovide, Diodorus Siculus, La Musique de Plutarque, Strabo, Pausanias, Le recueil historique d'Aelian et (Pseudo-) Hyginus.

Sources

  • “HYGINUS, FABULAE 1 - 49.”HYGINUS, FABULAE 1-49 - Bibliothèque de textes classiques de Theoi, //www.theoi.com/Text/HyginusFabulae1.html.
  • "MARSYAS."MARSYAS - Satyre de la mythologie grecque, //www.theoi.com/Georgikos/SatyrosMarsyas.html.
  • Smith, William. Dictionnaire des antiquités romaines et grecques. Little Brown & Co., 1850

Voir la vidéo: Marsyas and Apollo (Février 2020).