Intéressant

Cinq rivières des enfers grecs

Cinq rivières des enfers grecs



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les Grecs de l'Antiquité ont donné un sens à la mort en croyant en une vie après la mort, durant laquelle les âmes des passants voyageraient et vivraient dans les Enfers. Hadès était le dieu grec qui régnait sur cette partie du monde, ainsi que sur son royaume.

Si le monde souterrain est peut-être le pays des morts, la mythologie grecque contient également des éléments botaniques vivants. Le royaume d'Hadès comprend des prairies, des fleurs d'asphodèle, des arbres fruitiers et d'autres caractéristiques géographiques. Parmi les plus célèbres se trouvent les cinq rivières du monde souterrain.

Les cinq rivières sont le Styx, le Léthé, l'Archeron, le Phlegethon et le Cocytus. Chacune des cinq rivières avait une fonction unique dans le fonctionnement du monde souterrain et un personnage unique, nommé pour refléter une émotion ou un dieu associé à la mort.

01de 05

Styx (haine)

Mieux connu, le Styx est le principal fleuve d’Hadès. Il fait sept fois le tour du monde souterrain, le séparant ainsi du pays des vivants. Le Styx est sorti d'Oceanus, le grand fleuve du monde. En grec, le mot Styx signifie haïr ou abhorrer, et il a été nommé d'après la nymphe du fleuve, fille des Titans Oceanus et Téthys. On disait qu'elle vivait à l'entrée d'Hadès, dans une "haute grotte soutenue par des colonnes d'argent".

C'est dans les eaux du Styx que Achille a été plongé par sa mère Thetis pour tenter de le rendre immortel; elle a oublié l'un de ses talons. Cereberus, un chien monstrueux à plusieurs têtes et à la queue de serpent, attend de l'autre côté du Styx où Charon atterrit à l'ombre des défunts.

Homère a appelé Styx "la rivière de serment". Zeus a utilisé un pichet d'eau en or du Styx pour régler les différends entre les dieux. Si un dieu jurait faussement par l'eau, il serait privé de nectar et d'ambroisie pendant un an et banni de la compagnie d'autres dieux pendant neuf ans.

02de 05

Lethe (Oubli ou Oubli)

Lethe est le fleuve de l'oubli ou de l'oubli. En entrant dans le monde souterrain, les morts devraient boire les eaux de Lethe pour oublier leur existence terrestre. Lethe est aussi le nom de la déesse de l'oubli qui était la fille d'Eris. Elle veille sur la rivière Lethe.

Lethe a été mentionné pour la première fois comme une rivière des enfers dans Platon République; le mot se laisser aller est utilisé en grec lorsque l’oubli des anciennes bontés donne lieu à une querelle. Certaines inscriptions de tombes datées de 400 av. J.-C. indiquent que les morts pourraient garder leurs souvenirs en évitant de boire du Léthé et de boire plutôt du ruisseau qui coule du lac de Mnemosyne (la déesse de la mémoire).

Présentée comme une étendue d'eau réelle dans l'Espagne moderne, Léthé était aussi le fleuve mythologique de l'oubli. Lucan cite le fantôme de Julia dans son Pharsalia: "Moi non plus, les rives inconscientes du ruisseau de Lethe / J'ai rendu oublieux", comme le fait remarquer Horace, certains millésimes rendent encore plus oublieux et "Le véritable projet de Lethe est le vin de Massic."

03de 05

Achéron (malheur ou misère)

Dans la mythologie grecque, l'Achéron est l'une des cinq rivières du monde souterrain alimenté par un lac marécageux appelé Acherousia ou lac d'Achérousie. L'Achéron est le fleuve du Malheur ou le fleuve de la Misère; et dans certains récits, il s'agit du principal fleuve des enfers, déplaçant le Styx. C'est ainsi que le passeur Charon emmène les morts à travers l'Achéron pour les transporter du monde supérieur au monde inférieur.

Il y a plusieurs fleuves dans le haut monde nommés Acheron: le plus connu d'entre eux se trouvait en Thesprotie, qui coulait à travers de profondes gorges dans un paysage sauvage, disparaissant parfois sous terre et passant par un lac marécageux avant de déboucher dans la mer Ionienne. On disait qu'il y avait un oracle de morts à côté.

Dans son Grenouilles, le dramaturge comique Aristophane a un personnage qui maudit un méchant en disant: "Et le rocher d’Achéron dégoulinant de gore peut te retenir." Platon (en Le phaedo) décrit Achéron au vent comme "le lac aux côtes duquel disparaissent les âmes des foules quand ils sont morts, et après avoir attendu un temps déterminé, ce qui est pour certains une durée plus ou moins longue, ils sont renvoyés à nouveau à être né comme des animaux. "

04de 05

Phlegethon (Feu)

La rivière Phlegethon (ou rivière Pyriphlegethon ou Phlegyans) est appelée la rivière de feu, car on dit qu'elle se rend dans les profondeurs de la pègre où la terre est remplie de feu, les flammes des bûchers funéraires.

La rivière Phlegethon mène au Tartare, où sont jugés les morts et où se trouve la prison des Titans. Une version de l'histoire de Persephone est que Askalaphos, un fils d'Achéron, a été rapporté à Hadès par une nymphe du monde souterrain. En guise de rétribution, elle le aspergea avec de l'eau du Phlegthon pour le transformer en hibou.

Lorsque Aeneas s'aventure dans les Enfers, Vergil décrit son environnement enflammé: "Avec des murs triples, entourés par Phlégéton / dont le feu enflammé est la limite de l'empire en feu." Platon le mentionne également comme source d'éruptions volcaniques: "des flots de lave qui jaillissent à divers endroits de la Terre en sont dérivés".

05de 05

Cocytus (gémissant)

La rivière Cocytus (ou Kokytos) est aussi appelée la rivière des pleurs, une rivière de cris et de lamentations. Pour les âmes que Charon a refusé d'embarquer parce qu'elles n'avaient pas été enterrées convenablement, la rive du fleuve Cocytus serait leur terre d'errance.

Selon l'odyssée d'Homère, Cocytus, dont le nom voulait dire "rivière de la lamentation", est l'une des rivières qui se jettent dans Achéron; il commence comme une branche de la rivière numéro cinq, le styx. Dans sa géographie, Pausanias théorise qu'Homère a vu un tas de rivières laides en Thesprotie, y compris Cocytus, "un ruisseau très peu charmant", et a pensé que la région était si misérable qu'il a nommé les rivières d'Hadès.

Sources

  • Dur, Robin. "Le manuel Routledge de la mythologie grecque." London: Routledge, 2003. Print.
  • Hornblower, Simon, Antony Spawforth et Esther Eidinow, éds. "Le dictionnaire classique Oxford." 4ème éd. Oxford: Oxford University Press, 2012. Imprimé.
  • Leeming, David. "Le compagnon d'Oxford à la mythologie mondiale." Oxford UK: Oxford University Press, 2005. Imprimé.
  • Smith, William et G.E. Marindon, eds. "Dictionnaire classique de biographies grecques et romaines, de mythologie et de géographie." Londres: John Murray, 1904. Imprimé.