Intéressant

Découvrir les vestiges archéologiques de tipis

Découvrir les vestiges archéologiques de tipis

Un anneau de tipi est constitué des vestiges archéologiques d'un tipi, un type de logement construit par les habitants des plaines d'Amérique du Nord entre au moins 500 ans avant notre ère et le début du XXe siècle. Lorsque les Européens sont arrivés dans les grandes plaines du Canada et des États-Unis au début du 19e siècle, ils ont trouvé des milliers de groupes de cercles de pierres, constitués de petits blocs placés à intervalles rapprochés. La taille des anneaux variait de 7 à 30 pieds ou plus et, dans certains cas, ils étaient noyés dans le gazon.

La reconnaissance des anneaux de tipi

Les premiers explorateurs européens du Montana et de l'Alberta, des Dakotas et du Wyoming étaient bien conscients de la signification et de l'utilisation des cercles de pierres, car ils les voyaient en usage. L'explorateur allemand Prince Maximilian de Wied-Neuweid a décrit un camp de Pieds-Noirs à Fort McHenry en 1833; Joseph Nicollet dans le Minnesota, Cecil Denny au camp d’Assiniboine à Fort Walsh en Saskatchewan et George Bird Grinnell avec les Cheyenne ont été les récipiendaires de cette pratique.

Ce que ces explorateurs ont vu, c’est que les habitants des Plaines utilisaient des pierres pour alourdir les bords de leurs tipis. Lorsque le camp a déménagé, les tipis ont été descendus et déplacés avec le camp. Les roches ont été laissées derrière, ce qui a entraîné une série de cercles de pierres sur le sol: et, comme les habitants des Plaines ont laissé leur poids de tipi, nous disposons de l'un des rares moyens permettant de documenter l'archéologie de la vie domestique dans les Plaines. En outre, les anneaux eux-mêmes ont eu et ont un sens pour les descendants des groupes qui les ont créés, au-delà des fonctions domestiques: ainsi que l’histoire, l’ethnographie et l’archéologie garantissent que les anneaux sont une source de richesse culturelle démentie par leur simplicité.

Signification Tipi Ring

Pour certains groupes de plaines, l’anneau de tipis est symbolique du cercle, concept fondamental de l’environnement naturel, du passage du temps et de la vue magnifique sans fin dans toutes les directions depuis les plaines. Des camps de tipis ont également été organisés en cercle. Parmi les traditions du corbeau des plaines, le mot «préhistoire» est Biiaakashissihipee, traduit par «lorsque nous avons utilisé des pierres pour alourdir nos lodges». Une légende du corbeau raconte qu'un garçon du nom de Uuwatisee ("Big Metal") avait apporté des piques de tipi en métal et en bois au peuple Crow. En effet, les bagues de tipi en pierre datant du 19ème siècle sont rares. Scheiber et Finley font remarquer qu'en tant que tels, les cercles de pierre agissent comme des moyens mnémoniques reliant les descendants à leurs ancêtres dans l'espace et dans le temps. Ils représentent l'empreinte de la loge, la maison conceptuelle et symbolique du peuple Crow.

Chambers et Blood (2010) notent que les anneaux de tipi avaient généralement une porte tournée vers l'est, marquée par une rupture dans le cercle de pierres. Selon la tradition des Pieds-Noirs au Canada, lorsque tout le monde dans le tipi est mort, l'entrée a été cousue et le cercle de pierres achevé. Cela se produisit trop souvent lors de l'épidémie de variole de 1837 au campement Akáíí'nisskoo ou Many Dead Káínai (Blackfoot ou Siksikáítapiiksi) près de l'actuel Lethbridge, en Alberta. Les collections de cercles de pierre sans ouverture de porte, comme celle de Many Dead, sont donc des mémoriaux de la dévastation des épidémies sur le peuple Siksikáítapiiksi.

Rencontres Bagues Tipi

Un nombre incalculable de sites d'anneaux de tipis ont été détruits par les colons euroaméricains qui se sont installés dans les Plaines, que ce soit à dessein ou non. Cependant, il existe encore 4 000 sites de cercles de pierres recensés dans le seul État du Wyoming. Sur le plan archéologique, peu d'artéfacts sont associés aux anneaux de tipis, bien qu'il existe généralement des foyers pouvant être utilisés pour recueillir des dattes au radiocarbone.

Les premiers tipis du Wyoming datent de la fin de la période archaïque, il y a environ 2500 ans. Dooley (cité dans Schieber et Finley) a identifié une augmentation du nombre de cernes de tipi dans la base de données de sites du Wyoming entre 700-1000 AD et 1300-1500 AD. Ils interprètent ces chiffres plus élevés comme représentant une augmentation de la population, une utilisation accrue du réseau de sentiers du Wyoming et des migrations de Crow à partir de leur patrie Hidatsa le long de la rivière Missouri, dans le Dakota du Nord.

Etudes archéologiques récentes

La plupart des études archéologiques sur les anneaux de tipis sont les résultats d’enquêtes à grande échelle avec des tests de carrières sélectionnés. Un exemple récent est celui du Bighorn Canyon, dans le Wyoming, résidence historique de plusieurs groupes des Plaines, tels que Crow et Shoshone. Les chercheurs Scheiber et Finley ont utilisé des assistants personnels de données (PDA) portables pour saisir des données sur des anneaux de tipi, qui faisaient partie d'une méthode de cartographie développée associant télédétection, excavation, dessin à la main, dessin assisté par ordinateur et système de positionnement général Magellan (GPS). équipement.

Scheiber et Finley ont étudié 143 anneaux de tipi ovales sur huit sites, datés d’il ya 300 à 2500 ans. Le diamètre des anneaux variait entre 160 et 854 centimètres le long de leur axe maximal et entre 130 et 790 cm au minimum, avec une moyenne de 577 cm au maximum et de 522 cm au minimum. Les tipis étudiés aux XIXe et début du XXe siècles avaient un diamètre de 14 à 16 pieds. La porte moyenne dans leur ensemble de données faisait face au nord-est, indiquant le lever du soleil de l’été.

L'architecture interne du groupe Bighorn Canyon incluait des foyers à feu dans 43% des tipis; alignements externes en pierre et cairns supposés représenter des séchoirs à viande.

Sources

Chambers CM et Blood NJ. 2009. L'amour qu'ils voisine: rapatriant des sites de Pieds-Noirs précaires.Revue internationale d'études canadiennes 39-40:253-279.

Diehl MW. 1992. L'architecture en tant que corrélat matériel des stratégies de mobilité: quelques implications pour l'interprétation archéologique.Recherche interculturelle 26 (1-4): 1-35. doi: 10.1177 / 106939719202600101

Janes RR. 1989. Commentaire sur les analyses de microdébitage et les processus de formation de sites culturels chez les habitants de tipis.Antiquité américaine 54 (4): 851 à 855. doi: 10.2307 / 280693

Orban N. 2011.Garder la maison: un foyer pour les artefacts des Premières nations de la Saskatchewan. Halifax, Nouvelle-Écosse: Université Dalhousie.

Scheiber LL et Finley JB. 2010. Campings domestiques et cyber-paysages dans les montagnes Rocheuses.Antiquité 84(323):114-130.

Scheiber LL et Finley JB. 2012. Localisation de l'histoire (proto) dans les plaines du nord-ouest et les montagnes Rocheuses. Dans: Pauketat TR, éditeur.Manuel d'Oxford sur l'archéologie nord-américaine. Oxford: Oxford University Press. p 347-358. doi: 10.1093 / oxfordhb / 9780195380118.013.0029

Seymour DJ. 2012. When Data Back Back: résolution du conflit de sources dans les comportements résidentiels et incendie de Apache.Journal international d'archéologie historique 16 (4): 828-849. doi: 10.1007 / s10761-012-0204-z