Conseils

Guide d'étude "La métamorphose"

Guide d'étude "La métamorphose"

L'histoire bien connue de Franz Kafka, «La métamorphose», commence par une description d'une situation troublante: «Gregor Samsa s'est réveillé un matin de rêves inquiets et s'est retrouvé transformé dans son lit en un insecte gigantesque» (89). Cependant, Gregor lui-même semble très troublé par la possibilité de manquer le train pour se rendre au travail et de perdre son emploi de vendeur itinérant. Sans demander de l'aide ni alerter sa famille de sa nouvelle forme, il tente de manœuvrer son corps d'insecte encombrant, composé de plusieurs petites pattes et d'un large et rigide dossier. Bientôt, cependant, le greffier en chef de la société de Gregor arrive à l'appartement. Gregor est déterminé «à se montrer et à parler au greffier en chef; il avait hâte de savoir ce que les autres, après toute leur insistance, diraient à sa vue »(98). Lorsque Gregor ouvre enfin sa porte et apparaît, tout le monde dans l'appartement des Samsas est horrifié. La mère de Gregor appelle au secours, le commis en chef s'enfuit, et le père de Gregor «siffle et crie« Shoo! comme un sauvage », ramène impitoyablement Gregor dans sa chambre à coucher (103-104).

De retour dans sa chambre, Gregor réfléchit à la belle vie qu'il avait fournie à sa famille et se demande «si tout le calme, le confort, le contentement devaient maintenant se terminer dans l'horreur» (106). Bientôt, les parents et la sœur de Gregor commencent à s'adapter à une vie sans les revenus de Gregor, et Gregor s'adapte à sa nouvelle forme insectoïde. Il développe un goût pour la nourriture pourrie et forme un nouveau passe-temps qui se précipite sur tous les murs de sa chambre. Il se sent également reconnaissant pour l'attention attentionnée de sa sœur, Grete, qui "a essayé de clarifier le plus possible ce qui était désagréable dans sa tâche et, avec le temps, elle a réussi, bien sûr, de plus en plus" (113). Mais lorsque Grete envisage de retirer les meubles de la chambre à coucher de Gregor et de lui donner «le plus grand champ possible pour s’y glisser», Gregor, déterminé à conserver au moins quelques rappels de sa forme humaine, s’y oppose (115). Il se précipite hors de sa cachette habituelle, envoie sa mère s'évanouir et envoie Grete chercher de l'aide. Au milieu de ce chaos, le père de Gregor rentre du travail et bombarde Gregor «avec les fruits du plat sur le buffet», convaincu que Gregor représente un danger pour la famille (122).

Cette attaque sur Gregor rappelle "même à son père, Gregor était un membre de la famille, malgré sa forme déplorable et répugnante" (122). Au fil du temps, les Samsas se résignent à la condition de Gregor et prennent des mesures pour subvenir à leurs besoins. Les domestiques sont renvoyés, Grete et sa mère trouvent leur propre emploi et trois locataires, des «gentlemen sérieux» passionnés par «l'ordre», viennent dans l'une des chambres des Samsas (127). Gregor lui-même a cessé de manger et sa chambre devient sale et encombrée d'objets inutilisés. Mais un soir, Gregor entend sa sœur jouer du violon. Il sort de sa chambre, se sentant comme si «la voie s'ouvrait devant lui à la nourriture inconnue qu'il recherchait» (130-131). Après avoir vu Gregor, les locataires réagissent avec colère aux «conditions dégoûtantes» du ménage Samsa, tandis que Grete, angoissé, déclare que les Samsas doivent, malgré leurs efforts d’hébergement, se débarrasser de Gregor (132-133). Après ce dernier conflit, Gregor se retire dans l'obscurité de sa chambre. Il se sent «relativement à l'aise». Tôt le matin, sa tête tombe «sur le sol, de son plein gré et ses narines émirent le dernier léger souffle de son souffle» (135). Le défunt Gregor est rapidement retiré des lieux. Et avec la mort de Gregor, le reste de la famille est revigorée. Le père de Gregor confronte les trois locataires et les oblige à partir, puis emmène Grete et Mme Samsa dans une excursion «en pleine campagne en dehors de la ville» (139). Les deux aînées Samsas sont maintenant convaincues que Grete trouvera un "bon mari, et observera avec espoir et optimisme comme" à la fin de leur voyage, leur fille se leva la première et étira son jeune corps "(139).

Contexte et Contexte

Les propres professions de Kafka: Comme Gregor Samsa, Kafka lui-même était plongé dans le monde de l'argent, du commerce et de la bureaucratie quotidienne. Kafka a écrit «La métamorphose» en 1912, à une époque où il était employé par la Compagnie d'Assurance Accidents du Travail du Royaume de Bohême. Mais bien que Kafka soit resté à la Compagnie quelques années seulement avant sa mort, il considérait un autre type d'activité - son écriture - comme son travail le plus important et le plus difficile de sa vie. Comme il l'écrivait dans une lettre de 1910, soulignant les difficultés quotidiennes que le dévouement à l'écriture peut engendrer: «Quand je voulais me lever du lit ce matin, je me suis simplement replié. Cela a une cause très simple, que je suis complètement surchargé de travail. Pas par mon bureau, mais par mon autre travail. »Alors que Gregor oublie progressivement ses habitudes professionnelles et découvre le pouvoir de l'art à mesure que« La métamorphose »progresse, Kafka était fermement convaincu, pour la majeure partie de sa vie adulte, que l'art était sa véritable vocation. Pour citer une autre lettre de Kafka, cette fois de 1913: «Mon travail m'est insupportable car il entre en conflit avec mon seul désir et mon seul appel, qui est la littérature. Puisque je ne suis rien d'autre que de la littérature et que je ne veux être rien d'autre, mon travail ne prendra jamais possession de moi. "

Art du modernisme et la ville moderne: «La métamorphose» n’est que l’une des nombreuses œuvres du début du XXe siècle décrivant la vie urbaine. Cependant, le commerce métropolitain, la technologie et les conditions de vie ont suscité des réactions très différentes chez les divers écrivains et artistes de l’ère moderniste. Certains des peintres et sculpteurs de cette période, y compris les futuristes italiens et les constructivistes russes, ont célébré le potentiel dynamique et révolutionnaire de l'architecture urbaine et des systèmes de transport. Et plusieurs romanciers importants - James Joyce, Virginia Woolf, Andrei Bely, Marcel Proust - contrastent transformation urbaine et bouleversement avec des styles de vie passés plus calmes, mais pas nécessairement meilleurs. Sur la base de narrations urbaines sombres telles que «La métamorphose», «Le jugement» et Le procèsLa position de Kafka vis-à-vis de la ville moderne est souvent comprise comme une position de critique extrême et de pessimisme. Pour une histoire se déroulant dans une ville moderne, «The Metamorphosis» peut se sentir remarquablement enfermé et inconfortable. jusqu'aux pages finales, toute l'action se déroule dans l'appartement des Samsas.

Envisager et illustrer «la métamorphose»: Même si Kafka décrit de manière très détaillée certains aspects du nouveau corps d'insectes de Gregor, Kafka s'est opposé aux efforts déployés pour dessiner, illustrer ou représenter la forme complète de Gregor. Lorsque «The Metamorphosis» a été publié en 1915, Kafka a averti ses éditeurs que «l'insecte lui-même ne peut pas être dessiné. Kafka a peut-être donné ces instructions afin de garder certains aspects du texte mystérieux ou de permettre aux lecteurs d'imaginer par eux-mêmes la forme précise de Gregor; néanmoins, les futurs lecteurs, critiques et artistes tenteront de déterminer l’apparence exacte de Gregor. Les premiers commentateurs avaient imaginé Gregor comme un cafard envahi par la foule, mais le romancier et spécialiste des insectes Vladimir Nabokov n'était pas du même avis: et ses jambes sont petites. Il approche un cafard sous un seul aspect: sa coloration est brune. »Au lieu de cela, Nabokov a émis l'hypothèse que Gregor était beaucoup plus proche de la forme d'un coléoptère. Des représentations visuelles directes de Gregor sont en fait apparues dans les nouvelles versions graphiques de «The Metamorphosis» créées par Peter Kuper et R. Crumb.

Sujets Clés

Le sentiment d'identité de Gregor: En dépit de sa transformation physique troublante, Gregor conserve nombre des pensées, des émotions et des désirs qu’il a exposés sous sa forme humaine. Au début, il est incapable de comprendre l’ampleur de sa transformation et croit qu’il n’est qu’une «incapacité temporaire» (101). Plus tard, Gregor se rend compte qu'il est une horreur pour sa famille et qu'il adopte de nouvelles habitudes: manger de la nourriture putride, grimper sur les murs. Mais il ne veut pas renoncer aux souvenirs de son état humain, tels que les meubles qui restent dans sa chambre: «Rien ne devrait être sorti de sa chambre; tout doit rester comme c'était; il ne pouvait se passer de la bonne influence du mobilier sur son état d'esprit; et même si les meubles le gênaient dans son rampement insensé autour de lui, ce n'était pas un inconvénient, mais un avantage considérable »(117).

Même à la fin de «The Metamorphosis», Gregor est convaincu que des éléments de son identité humaine sont restés intacts. Ses pensées se tournent vers ses traits humains intérieurs - l'affection, l'inspiration - lorsqu'il entend le violon de Grete jouer: «Était-il un animal, la musique l'a-t-il produit? Il avait l'impression que la voie s'ouvrait devant lui à la nourriture inconnue dont il avait besoin. Il était déterminé à avancer jusqu'à atteindre sa sœur, à tirer sa jupe et à lui faire savoir qu'elle devait entrer dans sa chambre, avec son violon, car personne ici ne l'appréciait comme il l'apprécierait »(131) . En se transformant en insecte, Gregor affiche des traits profondément humains, tels que des traits d'appréciation artistique qui lui étaient inconnus dans son état humain surmené et axé sur les affaires.

Transformations multiples: Le changement de forme brutal de Gregor n’est pas un changement majeur dans «The Metamorphosis». En raison de la nouvelle tradition de Gregor et de ses effets négatifs sur sa famille, les appartements des Samsas subissent une série de modifications. Très tôt, Grete et sa mère tentent de retirer tous les meubles de la chambre de Gregor. Ensuite, de nouveaux personnages sont introduits dans la propriété des Samsas: d'abord une nouvelle femme de ménage, une "vieille veuve, dont le solide cadre osseux lui a permis de survivre au pire qu'une longue vie puisse offrir"; ensuite les trois locataires, hommes difficiles, "à part entière" barbes "(126-127). Les Samsas transforment même la chambre de Gregor en un espace de stockage pour «des objets superflus, pour ne pas dire sales», afin de rendre les locataires confortables (127).

Les parents et la sœur de Gregor changent également considérablement. Au départ, ils vivent tous les trois à l'aise grâce aux revenus de Gregor. Pourtant, après la transformation, ils sont obligés de prendre des emplois - et M. Samsa se transforme en «homme qui était sombré dans le lit» en un messager de banque «vêtu d'un élégant uniforme bleu avec des boutons en or» (121). La mort de Gregor déclenche cependant une nouvelle série de transformations dans les modes de pensée des Samsas. Après le départ de Gregor, Grete et ses parents sont convaincus que leurs emplois sont «tous les trois admirables et susceptibles d’améliorer la situation par la suite». Ils décident également de trouver un nouvel espace de vie, «un logement plus petit et moins cher, mais également mieux situé. appartement plus facile que celui dont ils disposaient, choisi par Gregor »(139).

Quelques questions de discussion

1) Comprenez-vous «La métamorphose» comme une œuvre confrontant des problèmes politiques ou sociaux? Kafka utilise-t-il l'histoire étrange de Gregor pour discuter (ou attaquer) des questions telles que le capitalisme, la vie de famille traditionnelle ou la place de l'art dans la société? Ou est-ce que “The Metamorphosis” est une histoire avec peu ou pas de préoccupations politiques ou sociales?

2) Examiner la question de l’illustration de «La métamorphose». Pensez-vous que la réticence de Kafka à montrer exactement à quoi ressemble le transformé Gregor était justifiée? En dépit des réserves de Kafka, aviez-vous une image mentale forte de Gregor? Pourriez-vous dessiner son corps insectoïde?

3) Quel personnage de l'histoire de Kafka mérite le plus de pitié et de sympathie? Gregor, le démodé, transformé, sa sœur Grete, la persévérante soeur, Mme Samsa, plutôt impuissante, ou quelqu'un d'autre? Vous êtes-vous retrouvé aux côtés de personnages différents, par exemple, en aimant plus Grete et moins Gregor, au fur et à mesure que l'histoire progressait?

4) Qui change le plus au cours de «La métamorphose»? Gregor est un choix évident en raison de sa nouvelle forme, mais vous devez également penser aux changements dans les émotions, les désirs et les situations de vie des personnages. Quel personnage subit le plus fort changement de valeurs ou de personnalité au fil de l'histoire?

Note sur les citations

Toutes les citations de pages dans le texte font référence à l'édition suivante des œuvres de Kafka: The Complete Stories, édition du centenaire avec un nouvel avant-propos de John Updike («The Metamorphosis», traduit par Willa et Edwin Muir. Schocken: 1983).