La vie

Guerre de 1812: bataille de Châteauguay

Guerre de 1812: bataille de Châteauguay

Bataille de la Châteauguay - Conflit & Date:

La bataille de Châteauguay a eu lieu le 26 octobre 1813 pendant la guerre de 1812 (1812-1815).

Armées et commandants

les Américains

  • Major général Wade Hampton
  • 2 600 hommes

Britanique

  • Lieutenant colonel Charles de Salaberry
  • 1 530 hommes

Bataille de la Châteauguay - Contexte:

Après l'échec des opérations américaines en 1812, qui entraînent la perte de Detroit et une défaite à Queenston Heights, des plans de reprise des offensives contre le Canada sont envisagés pour 1813. En franchissant la frontière avec le Niagara, les troupes américaines connaissent un succès Batailles de Stoney Creek et Beaver Dams en juin. Après l'échec de ces efforts, le secrétaire de la guerre, John Armstrong, commença à planifier une campagne d'automne conçue pour conquérir Montréal. En cas de succès, l'occupation de la ville entraînerait l'effondrement de la position britannique sur le lac Ontario et ferait tomber tout le Haut-Canada entre les mains des Américains.

Bataille de la Châteauguay - Le plan américain:

Pour prendre Montréal, Armstrong avait l'intention d'envoyer deux forces dans le nord. L'une d'elles, dirigée par le major général James Wilkinson, devait quitter Sackett's Harbour, dans l'État de New York, et descendre le fleuve Saint-Laurent en direction de la ville. L'autre, commandée par le major-général Wade Hampton, a reçu l'ordre de quitter le lac Champlain vers le nord dans le but de s'unir à Wilkinson après avoir atteint Montréal. Bien que son plan soit valable, il a été entravé par une profonde querelle personnelle entre les deux principaux commandants américains. Après avoir évalué ses ordres, Hampton a d'abord refusé de prendre part à l'opération si cela impliquait de travailler avec Wilkinson. Pour soulager son subordonné, Armstrong propose de mener la campagne en personne. Avec cette assurance, Hampton a accepté de prendre le terrain.

Bataille de Châteauguay - Hampton se déplace:

À la fin du mois de septembre, Hampton passa son commandement de Burlington, dans le Vermont, à Plattsburgh, dans l'État de New York, avec l'aide de canonnières de la US Navy dirigées par le commandant en chef Thomas Macdonough. En explorant la route directe vers le nord via la rivière Richelieu, Hampton décida que les défenses britanniques dans la zone étaient trop fortes pour que ses forces puissent y pénétrer et que l’eau était insuffisante pour ses hommes. En conséquence, il a déplacé sa ligne d’avance ouest vers la rivière Châteauguay. Atteignant la rivière près de Four Corners, NY, Hampton campa après avoir appris que Wilkinson avait été retardé. De plus en plus frustré par l’inaction de son rival, il craint que les Britanniques ne se massent contre lui au nord. Finalement, voyant que Wilkinson était prêt, Hampton se dirigea vers le nord le 18 octobre.

Bataille de la Châteauguay - Les Britanniques se préparent:

Alerté par l'avancée américaine, le commandant britannique à Montréal, le major général Louis de Watteville, a commencé à déplacer des forces pour couvrir la ville. Au sud, le lieutenant-colonel Charles de Salaberry, chef des avant-postes britanniques dans la région, a commencé à rassembler des milices et des unités d'infanterie légère pour faire face à la menace. Composée entièrement de troupes recrutées au Canada, la force combinée de Salaberry comptait environ 1 500 hommes et était composée de Voltigeurs canadiens (infanterie légère), de Canadian Fencibles et de diverses unités de la milice incarnée de choix. En atteignant la frontière, Hampton était en colère lorsque 1 400 miliciens de New York ont ​​refusé de passer au Canada. En procédant avec ses habitués, sa force a été réduite à 2.600 hommes.

Bataille de la Châteauguay - Position de Salaberry:

Bien informé des progrès de Hampton, Salaberry occupa une position sur la rive nord de la rivière Châteauguay, près de la ville actuelle d'Ormstown, au Québec. Étendant sa ligne au nord le long de la rive de la rivière English, il a demandé à ses hommes de construire une ligne d'abatis pour protéger la position. À ses arrières, Salaberry a placé les compagnies de lumière des 2e et 3e bataillons de milices incarnées choisies pour protéger Grant's Ford. Entre ces deux lignes, Salaberry déploya divers éléments de son commandement dans une série de lignes de réserve. Alors qu'il commandait personnellement les forces des abatis, il assigna la direction des réserves au lieutenant-colonel George MacDonnell.

Bataille de la Châteauguay - Avances Hampton:

Arrivant près des lignes de Salaberry le 25 octobre, Hampton envoya le colonel Robert Purdy et 1 000 hommes sur la rive sud de la rivière dans le but de faire avancer et de sécuriser Grant's Ford à l'aube. Cela fait, ils pourraient attaquer les Canadiens par derrière lorsque le brigadier général George Izard lancera un assaut frontal sur les abatis. Ayant donné ses ordres à Purdy, Hampton reçut une lettre inquiétante d'Armstrong l'informant que Wilkinson commandait maintenant la campagne. De plus, Hampton fut chargé de construire un grand camp pour les quartiers d’hiver sur les rives du Saint-Laurent. En interprétant la lettre comme signifiant que l'attaque de Montréal avait été annulée pour 1813, il se serait retiré dans le sud si Purdy n'avait pas déjà été commis.

Bataille de la Châteauguay - Les Américains ont tenu:

Marchant dans la nuit, les hommes de Purdy rencontrèrent un terrain difficile et ne parvinrent pas à atteindre le gué à l'aube. Poussant plus loin, Hampton et Izard rencontrèrent les escarmouches de Salaberry aux alentours de 10h, le 26 octobre. Formant environ 300 hommes appartenant aux Voltigeurs, aux Fencibles et à diverses formations de la milice près des abatis, Salaberry se prépara à affronter l'assaut américain. Alors que la brigade d'Izard avance, Purdy entre en contact avec la milice qui garde le gué. Frappant la compagnie de Brugière, ils ont progressé jusqu'à être contrecarrés par deux compagnies dirigées par les capitaines Daly et de Tonnancour. Dans les combats qui ont suivi, Purdy a été contraint de se replier.

Les combats faisant rage au sud de la rivière, Izard commença à faire pression sur les hommes de Salaberry le long des abatis. Cela a forcé les Fencibles, qui avaient avancé en avant des abatis, à se replier. La situation devenant précaire, Salaberry mit en place ses réserves et utilisa des appels à la clairière pour persuader les Américains de penser qu'un grand nombre de troupes ennemies approchaient. Cela fonctionna et les hommes d'Izard adoptèrent une posture plus défensive. Au sud, Purdy avait repris contact avec la milice canadienne. Dans les combats, Brugière et Daly sont tombés grièvement blessés. La perte de leurs capitaines a amené la milice à se replier. Dans le but d'encercler les Canadiens en retraite, les hommes de Purdy émergèrent le long de la rivière et furent sous le feu nourri de la position de Salaberry. Abasourdis, ils interrompirent leur poursuite. Après avoir été témoin de cette action, Hampton a choisi de mettre fin à l'engagement.

Bataille de la Châteauguay - Conséquences:

Au cours des combats qui ont eu lieu à la bataille de Châteauguay, Hampton a perdu 23 morts, 33 blessés et 29 disparus, tandis que Salaberry a été tué 2 fois, 16 blessés et 4 disparus. Bien qu’il s’agisse d’un engagement relativement mineur, la bataille de Châteauguay eut des conséquences stratégiques importantes. En effet, à la suite d’un conseil de guerre, Hampton choisit de se retirer à Four Corners plutôt que de se déplacer vers le Saint-Laurent. En se dirigeant vers le sud, il a envoyé un messager à Wilkinson pour l'informer de ses actes. En réponse, Wilkinson lui a ordonné d'avancer jusqu'à la rivière à Cornwall. Ne croyant pas cela possible, Hampton envoya une note à Wilkinson et se dirigea vers le sud, à Plattsburgh.

L'avance de Wilkinson a été stoppée à la bataille de Crysler's Farm le 11 novembre quand il a été battu par une force britannique plus petite. Recevant le refus de Hampton de déménager à Cornwall après la bataille, Wilkinson s'en servit comme d'une excuse pour abandonner son offensive et s'installer dans les quartiers d'hiver à French Mills, NY. Cette action a effectivement mis fin à la saison de campagne de 1813. Malgré de grands espoirs, les seuls succès américains se sont produits à l'ouest, où le commandant en chef Oliver H. Perry a remporté la bataille du lac Érié et où le major-général William H. Harrison a triomphé à la bataille de la Tamise.

Sources sélectionnées