Avis

Néolithique pré-poterie - Agriculture et fête avant la poterie

Néolithique pré-poterie - Agriculture et fête avant la poterie

Le néolithique pré-poterie (PPN abrégé et souvent orthographié préolithique pré-poterie) est le nom donné aux personnes qui ont domestiqué les plantes les plus anciennes et qui vivaient dans des communautés agricoles du Levant et du Proche-Orient. La culture PPN contient la plupart des attributs que nous pensons du néolithique - à l'exception de la poterie, qui n'a pas été utilisée dans le Levant avant env. 5500 av.

Les désignations PPNA et PPNB (pour le néolithique pré-poterie A et ainsi de suite) ont été développées par Kathleen Kenyon pour être utilisées lors des fouilles complexes de Jericho, qui est probablement le site PPN le plus connu. PPNC, en référence au terminal néolithique ancien, a été identifié pour la première fois à Gary Ain Ghazal par Gary O. Rollefson.

Chronologie néolithique pré-poterie

  • PPNA (environ 10 500 à 9 500 BP) Jéricho, Netiv Hagdud, Nahul Oren, Gesher, Dhar ', Jerf al Ahmar, Abou Hureyra, Göbekli Tepe, Chogha Golan, Beidha
  • PPNB (environ 9 500 à 8 200 BP) Abu Hureyra, Ain Ghazal, Çatalhöyük, Cayönü Tepesi, Jéricho, Shillourokambos, Chogha Golan, Gobekli Tepe
  • PPNC (environ 8200 à 7500 BP) Hagoshrim, Ain Ghazal

Rituels PPN

Le comportement rituel pendant le néolithique pré-potier est assez remarquable, indiqué par la présence de grandes figurines humaines sur des sites tels que 'Ain Ghazal et des crânes en plâtre à' Ain Ghazal, Jericho, Beisomoun et Kfar HaHoresh. Un crâne en plâtre a été fabriqué en modelant une réplique en plâtre de la peau et des traits sur un crâne humain. Dans certains cas, des cauris étaient utilisés pour les yeux et parfois ils étaient peints avec du cinabre ou d'autres éléments riches en fer.

L’architecture monumentale - de grands bâtiments construits par la communauté pour servir d’espaces de rassemblement à ces communautés et à leurs alliés - a fait ses débuts dans le RPP, sur des sites tels que Nevali Çori et Hallan Çemi; Les chasseurs-cueilleurs du PPN ont également construit le site important de Göbekli Tepe, une structure apparemment non résidentielle construite à des fins de rassemblement rituel.

Cultures du néolithique pré-potier

Les cultures domestiquées au cours du PPN comprennent les cultures fondatrices: les céréales (blé tendre, emmer et orge), les légumineuses (lentille, pois, vesce amère et pois chiche) et les cultures de fibres (lin). Des formes domestiquées de ces cultures ont été excavées dans des sites tels que Abu Hureyra, Cafer Hüyük, Cayönü et Nevali Çori.

En outre, les sites de Gilgal et de Netiv Hagdud ont fourni des preuves de la domestication des figuiers au cours de la PPNA. Les animaux domestiqués au cours de la PPNB comprennent les moutons, les chèvres et éventuellement les bovins.

La domestication en tant que processus collaboratif?

Une étude récente sur le site de Chogha Golan en Iran (Riehl, Zeidi et Conard 2013) a fourni des informations concernant le caractère apparemment étendu et peut-être collaboratif du processus de domestication. Sur la base de la préservation exceptionnelle des vestiges botaniques, les chercheurs ont pu comparer l'assemblage de Chogha Golan à d'autres sites PPN de tout le croissant fertile et s'étendant jusqu'en Turquie, Israël et Chypre, et ont conclu qu'il aurait très bien pu exister informations régionales et les flux de cultures, qui pourraient expliquer l’invention presque simultanée de l’agriculture dans la région.

Ils notent en particulier que la domestication des plantes à graines (telles que le blé et l'orge emmer et einkorn) semble s'être produite simultanément dans toute la région, amenant le projet de recherche Tübingen-Iranian Stone Age à conclure que le flux d'information régional doit avoir eu lieu.

Sources

Ce guide de la préhistoire fait partie du Guide du néolithique About.com et du Guide de la préhistoire européenne.

  • Garrard AN et Byrd BF. 2013. Au-delà du croissant fertile: communautés du Paléolithique supérieur et du Néolithique de la steppe jordanienne. Le projet du bassin d'Azraq. Oxford: Oxbow Press.
  • Goren Y, Goring-Morris AN et Segal I. 2001. La technologie de modélisation du crâne dans le néolithique B pré-poterie (PPNB): variabilité régionale, relations entre technologie et iconographie et leurs implications archéologiques. Journal de la science archéologique 28(7):671-690.
  • Haber A et Dayan T. 2004. Analyse du processus de domestication: Hagoshrim comme étude de cas. Journal de la science archéologique 31(11):1587-1601.
  • Hardy-Smith T et Edwards PC. 2004. La crise des déchets dans la préhistoire: modèles de rejets d'artefacts sur le site de Wadi Hammeh au début du Natoufien 27 et origines des stratégies d'élimination des ordures ménagères. Journal d'archéologie anthropologique 23(3):253-289.
  • Kuijt I. 2000. Les hommes et l'espace dans les premiers villages agricoles: exploration de la vie quotidienne, de la taille de la communauté et de l'architecture au néolithique antérieur à la fin de la poterie. Journal d'archéologie anthropologique 19(1):75-102.
  • Lev-Yadun S, Abbo S et Doebley J. 2002. Blé, seigle et orge en épi? Nature Biotechnology 20 (4): 337-338.
  • Pinhasi R et Pluciennik M. 2004. Une approche biologique régionale de la propagation de l'agriculture en Europe: l'Anatolie, le Levant, l'Europe du Sud-Est et la Méditerranée. Anthropologie actuelle 45 (S4): S59-S82.
  • Riehl S, K Pustovoytov, H Weippert, Klett S et Hole F. 2014. Variabilité liée au stress dû à la sécheresse dans les anciens systèmes agricoles du Proche-Orient, mise en évidence par d13C dans le grain d'orge. Actes de l'Académie nationale des sciences 111(34):12348-12353.
  • Riehl S, Zeidi M et Conard NJ. 2013. Émergence de l'agriculture dans les contreforts des monts Zagros en Iran. Science 341:65-67.