Conseils

Guerre de trente ans: bataille de Rocroi

Guerre de trente ans: bataille de Rocroi

Au début de 1643, les Espagnols lancèrent une invasion du nord de la France dans le but de réduire la pression exercée sur la Catalogne et la Franche-Comté. Dirigée par le général Francisco de Melo, l'armée mixte espagnole et impériale a franchi la frontière flamande et a traversé les Ardennes. En arrivant à la ville fortifiée de Rocroi, de Melo assiégea. Dans le but de bloquer l'avance espagnole, le duc d'Enghien (plus tard prince du Condé), âgé de 21 ans, s'est dirigé vers le nord avec 23 000 hommes. En apprenant que de Melo était à Rocroi, d'Enghien attaqua avant que les Espagnols puissent être renforcés.

Sommaire

En approchant de Rocroi, d'Enghien fut surpris de constater que les routes menant à la ville n'étaient pas défendues. Traversant un étroit défilé bordé de bois et de marais, il a déployé son armée sur une crête surplombant la ville avec son infanterie au centre et sa cavalerie sur les flancs. Voyant approcher les Français, de Melo forma son armée de la même manière entre la crête et Rocroi. Après avoir passé la nuit au campement dans leurs positions, la bataille commence tôt le matin du 19 mai 1643. S'engageant à frapper du premier coup, d'Enghien avance son infanterie et la cavalerie à sa droite.

Au début des combats, l’infanterie espagnole, combattant dans sa tradition tercio Les formations (carrées) ont pris le dessus. Sur la gauche française, la cavalerie, malgré les ordres d'Enghien de maintenir leur position chargée en avant. Ralentie par un sol meuble et marécageux, la charge de la cavalerie française est défaite par la cavalerie allemande de Grafen von Isenburg. En contre-attaque, Isenburg réussit à chasser les cavaliers français du terrain puis à attaquer l'infanterie française. Cette réserve a été émoussée par la réserve d'infanterie française qui s'est déplacée pour rencontrer les Allemands.

Alors que la bataille se déroulait mal à gauche et au centre, d'Enghien réussit à obtenir du succès à droite. En poussant la cavalerie de Jean de Gassion vers l'avant, avec le soutien de mousquetaires, d'Enghien réussit à mettre en déroute la cavalerie espagnole adverse. Avec les cavaliers espagnols balayés du terrain, d'Enghien fit pivoter la cavalerie de Gassion et les fit frapper le flanc et l'arrière de l'infanterie de Melo. Faisant irruption dans l'infanterie allemande et wallonne, les hommes de Gassion réussirent à les forcer à se retirer. Alors que Gassion attaquait, la réserve d'infanterie a pu briser l'assaut d'Isenburg, le forçant à se retirer.

Ayant pris le dessus, d'Enghien parvint à réduire à 8h00 l'armée de De Melo. tercios. Entourant les Espagnols, d'Enghien les a pilonnés avec de l'artillerie et a lancé quatre charges de cavalerie, sans toutefois pouvoir briser leur formation. Deux heures plus tard, d'Enghien proposa les derniers termes de capitulation espagnols similaires à ceux d'une garnison assiégée. Celles-ci ont été acceptées et les Espagnols ont été autorisés à quitter le terrain avec leurs couleurs et leurs armes.

Conséquences

La bataille de Rocroi a coûté environ 4 000 morts et blessés à d'Enghien. Les pertes espagnoles ont été beaucoup plus importantes avec 7 000 morts et blessés et 8 000 capturés. La victoire française à Rocroi marque la première défaite de l’Espagnol dans une bataille terrestre majeure depuis près d’un siècle. Bien qu'ils n'aient pas réussi à craquer, la bataille a également marqué le début de la fin pour l'espagnol tercio en tant que formation de combat privilégiée. Après Rocroi et la bataille des dunes (1658), les armées ont commencé à se déplacer vers des formations plus linéaires.

Sources sélectionnées:

Voir la vidéo: LA BATAILLE DE ROCROI (Janvier 2020).