Intéressant

Un pilote d'avion de ligne signale un quasi-accident avec un OVNI au-dessus de Glasgow, en Écosse

Un pilote d'avion de ligne signale un quasi-accident avec un OVNI au-dessus de Glasgow, en Écosse


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un avion de ligne avec 220 personnes à bord s'est approché à moins de 300 pieds d'une collision avec un objet « bleu, jaune et argent », qui se dressait devant l'Airbus A320 et a ensuite volé en dessous.

Le pilote et le copilote surpris, qui effectuaient leur approche finale à l'aéroport de Glasgow, ont immédiatement contacté le contrôle de la circulation aérienne pour signaler l'observation, en disant "Je ne sais pas vraiment ce que c'était, mais c'est vraiment assez grand et c'est bleu et jaune."

Au sol, le pilote de l'A320 a donné une nouvelle description au contrôleur d'aérodrome de Glasgow. Il a déclaré: «Nous semblions ne l'avoir manqué que de quelques centaines de pieds – il est passé directement sous nous… Où que nous soyons lorsque nous l'avons appelé, c'était en 10 secondes environ. Je ne pouvais pas dire dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous.

Les pilotes ont déposé un rapport officiel auprès du UK Airpox Board, qui enquête sur les quasi-accidents, indiquant que le risque de collision était élevé.

L'enquête a exclu la présence d'un aéronef à voilure fixe, d'un hélicoptère, d'un ballon météo, d'un planeur ou d'un parapente, ajoutant au mystère. Alors que le contrôle du trafic aérien n'a rien détecté dans la zone, l'aéroport de Prestwick a détecté un « historique de trajectoire non identifié » à 1,3 mille marin à l'est de la position de l'A320 28 secondes plus tôt.

La commission d'enquête a jugé qu'elle ne disposait pas d'informations suffisantes sur l'incident pour déterminer une cause ou le risque.


    Un pilote d'avion de ligne signale un quasi-accident avec un OVNI au-dessus de Glasgow, en Écosse - Histoire

    Un avion de passagers a raté de justesse un objet non identifié au-dessus de Glasgow, a révélé un rapport.

    L'Airbus A320 effectuait son approche finale vers l'aéroport de Glasgow le 2 décembre lorsqu'un objet est passé à environ 300 pieds sous lui.

    Le pilote de l'avion a déclaré que le risque de collision avec l'objet, qui n'apparaissait pas au radar, avait été "élevé".

    Un rapport du UK Airprox Board a déclaré que les enquêteurs étaient incapables d'établir quel avait été l'objet.

    L'A320 volait avec ses phares d'atterrissage allumés, dans des conditions claires et à une altitude d'environ 4 000 pieds au-dessus de la région de Baillieston à Glasgow, lorsque le pilote et le pilote non-pilote ont vu un objet "se profiler devant" à une distance d'environ 100 m.

    L'objet est passé directement sous l'avion avant que l'un des membres d'équipage n'ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement ou ne l'ait "vraiment enregistré".

    Mais ils ont tous les deux convenu qu'il semblait avoir été de couleur bleue et jaune ou argentée avec une petite zone frontale, mais "plus gros qu'un ballon".

    Le pilote a demandé au contrôleur de l'aéroport de Glasgow s'il « parlait à quoi que ce soit dans la région » car il s'était « approché assez près » d'un avion bleu et jaune, voyageant dans la direction opposée, qui était passé juste en dessous de lui.

    Le contrôleur a déclaré qu'il ne parlait à personne d'autre dans cette zone et que rien n'a été vu sur le radar.

    Des recherches ont été menées sans résultat et le pilote de l'A320 a déclaré son intention de déposer un rapport auprès d'Airprox, qui enquête sur les quasi-accidents.

    Le contrôle du trafic aérien a déclaré qu'il n'avait aucune trace d'autres objets dans la zone au moment de l'incident, bien que le radar de Prestwick ait repéré un "historique de piste non identifié" à 1,3 mille marin à l'est de la position de l'A320 28 secondes plus tôt.

    Une fois que l'avion a atterri, le pilote a déclaré au contrôleur d'aérodrome de Glasgow : « Nous avons semblé ne l'avoir manqué que de quelques centaines de pieds, il est passé directement sous nous. Je ne dis pas dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous."

    Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait qu'il s'agissait d'un "planeur ou quelque chose comme ça", le pilote a répondu : "Eh bien peut-être un ULM. Il avait l'air trop gros pour un ballon."

    Le rapport d'Airprox concluait : « L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a permis de retracer aucune activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la zone.

    Le rapport a indiqué que le conseil d'administration d'Airprox avait été d'avis qu'il était peu probable que l'objet soit un avion à voilure fixe, un hélicoptère ou une montgolfière, étant donné qu'il n'était pas apparu sur le radar.

    On pensait également qu'un ballon météorologique aurait un impact radar et qu'il serait peu probable qu'il soit lâché dans la région.

    Un planeur ne pouvait pas être écarté, selon le rapport, mais il était peu probable qu'un planeur opère dans la région en raison de l'espace aérien restreint et du manque d'activité thermique en raison de la basse température.

    De même, le conseil d'administration croyait qu'un deltaplane ou un paramoteur aurait une importance radar et que les conditions les en empêchaient, comme ils l'ont fait pour les parapentes ou les parascenders.

    Le rapport indiquait : « Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit et il a donc été estimé que le conseil n'avait pas suffisamment d'informations pour déterminer une cause ou un risque ».

    Le rapport Airprox comprenait une transcription de la conversation qui a eu lieu entre l'avion et le contrôleur à 12 h 55 :

    A320 : "Approche Glasgow [A320 C/S]"

    EGPF : "[A320 C/S] faites passer votre message"

    A320 : "Euh ouais, nous venons de passer quelque chose sous nous assez près [1255:30] et rien sur le TCAS n'a rien dit dans notre région"

    EGPF : "Euh négatif euh on n'a rien sur euh radar et on ne parle pas non plus au trafic"

    A320 : « Euh pas tout à fait sûr de ce que c'était, mais c'est définitivement euh assez grand [1255:40] et c'est bleu et jaune »

    EGPF: "OK c'est compris heu avez vous une estimation de la hauteur"

    A320 : « Peut-être euh [1255 : 50] ouais, nous étions probablement à environ quatre cents à cinq cents pieds au-dessus, donc c'est probablement à environ trois mille cinq cents pieds. »


    Un OVNI extraterrestre a-t-il failli s'écraser dans un avion au-dessus de l'aéroport de Glasgow?

    Un avion de ligne a failli s'écraser sur un OVNI dans le ciel au-dessus de Glasgow.

    Un objet volant non identifié a secoué l'équipage de l'Airbus A320 alors qu'il arrivait pour atterrir à l'aéroport de Glasgow en décembre.

    Selon le témoignage du pilote, l'OVNI est passé à seulement 200 pieds sous l'avion alors qu'il était à 4 000 pieds au-dessus de la ville.

    L'équipage n'aurait pas eu le temps de prendre des mesures d'évitement pour éviter une catastrophe aérienne si l'OVNI avait été sur une trajectoire de collision. Au moment où l'équipage a enregistré l'engin non identifié, il était déjà passé sous

    Les experts de l'aviation sont déconcertés par l'incident car l'OVNI ne s'est pas présenté sur le radar de l'Airbus ou au contrôle de l'aéroport.

    Cela signifie qu'il est très peu probable qu'il s'agisse d'un avion ailé ou d'un hélicoptère, selon une enquête du département Airprox (proximité des risques aériens) de l'Autorité de l'aviation civile.

    Une montgolfière a été considérée comme une possibilité sérieuse car elle évite les trajectoires de vol - en particulier à proximité des aéroports très fréquentés.

    Les petits deltaplanes et les embarcations paramoteurs apparaîtraient sur le radar.

    La transcription du dialogue entre le cockpit d'Airbus et un contrôleur aérien a été rendue publique.

    Equipage A320 : « Nous avons juste eu quelque chose qui est passé sous nous assez près [1255:30] et rien sur le TCAS [système d'évitement des collisions de la circulation]. Avez-vous quelque chose dans notre région ? »

    Contrôle au sol: "Euh, négatif, euh, nous n'avons rien sur, euh, radar et nous ne parlons pas non plus à la circulation."

    A320 : "Euh, pas tout à fait sûr de ce que c'était mais c'est définitivement, euh, assez grand [1255:40] et c'est bleu et jaune."

    Contrôle au sol: « OK, c'est compris. Avez-vous une estimation de la hauteur ? »

    A320 : "Peut-être, euh [1255:50], oui, nous étions probablement à environ, euh, de 400 à 500 pieds au-dessus, donc c'est probablement à environ trois mille cinq cents pieds."

    Détail d'un OVNI évité de justesse d'après le rapport Airprox

    L'avion a atterri en toute sécurité à Glasgow où le pilote a révélé à quel point son appareil était proche d'une catastrophe en vol.

    Il a déclaré: "Nous semblions ne l'avoir raté que de quelques centaines de pieds. Il est passé directement sous nous. juste en dessous de nous."

    Le rapport Airprox concluait : « L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a permis de retracer aucune activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la zone.

    "Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit et il a donc été estimé que le conseil d'administration n'avait pas suffisamment d'informations pour déterminer une cause ou un risque".


    L'avion de ligne a raté de justesse l'OVNI

    L'Airbus A320 effectuait son approche finale vers l'aéroport de Glasgow le 2 décembre lorsqu'un objet est passé à environ 300 pieds sous lui.

    Le pilote de l'avion a déclaré que le risque de collision avec l'objet, qui n'apparaissait pas au radar, avait été "élevé".

    Un rapport du UK Airprox Board a déclaré que les enquêteurs étaient incapables d'établir quel avait été l'objet.

    L'A320 volait avec ses phares d'atterrissage allumés, dans des conditions claires et à une altitude d'environ 4 000 pieds au-dessus de la région de Baillieston à Glasgow, lorsque le pilote et le pilote non-pilote ont vu un objet " surgir devant " à une distance d'environ 100 m.

    L'objet est passé directement sous l'avion avant que l'un des membres d'équipage n'ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement ou ne l'ait "réellement enregistré".

    Mais ils ont tous les deux convenu qu'il semblait avoir été de couleur bleue et jaune ou argentée avec une petite zone frontale, mais "plus gros qu'un ballon".

    Le pilote a demandé au contrôleur de l'aéroport de Glasgow s'il "parlait à quoi que ce soit dans la région" car il s'était "assez proche" d'un avion bleu et jaune, voyageant dans la direction opposée, qui était passé juste en dessous de lui.

    Le contrôleur a déclaré qu'il ne parlait à personne d'autre dans cette zone et que rien n'a été vu sur le radar.

    Une action de recherche a été entreprise sans résultat et le pilote de l'A320 a déclaré son intention de déposer un rapport à Airprox, qui enquête sur les quasi-accidents.

    Le contrôle du trafic aérien a déclaré qu'il n'avait aucune trace d'autres objets dans la zone au moment de l'incident, bien que le radar de Prestwick ait repéré un "historique de piste non identifié" à 1,3 mille marin à l'est de la position de l'A320 28 secondes plus tôt.

    Une fois que l'avion a atterri, le pilote a déclaré au contrôleur d'aérodrome de Glasgow : « Nous avons semblé ne l'avoir manqué que de quelques centaines de pieds, il est passé directement sous nous. Où que nous soyons lorsque nous l'avons appelé, c'était dans les 10 secondes environ. Je ne pouvais pas dire dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous.

    Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait qu'il pouvait s'agir d'un "planeur ou quelque chose comme ça", le pilote a répondu : "Eh bien, peut-être un ULM. Il avait l'air trop gros pour un ballon."

    Le rapport Airprox concluait : " L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a pas permis de retracer une activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la région.

    Le rapport a indiqué que le conseil d'administration d'Airprox avait été d'avis qu'il était peu probable que l'objet ait été un avion à voilure fixe, un hélicoptère ou une montgolfière, étant donné qu'il n'était pas apparu sur le radar.

    On pensait également qu'un ballon météorologique aurait une importance radar et qu'il serait peu probable qu'il soit lâché dans la région.

    Un planeur ne pouvait pas être écarté, selon le rapport, mais il était peu probable qu'un planeur opère dans la région en raison de l'espace aérien restreint et du manque d'activité thermique en raison de la basse température.

    De même, le conseil d'administration croyait qu'un deltaplane ou un paramoteur aurait une importance radar et que les conditions les en empêchaient, comme ils l'ont fait pour les parapentes ou les parascenders.

    Le rapport indiquait : " Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit et il a donc été estimé que le conseil d'administration ne disposait pas d'informations suffisantes pour déterminer une cause ou un risque ".


    Des pilotes signalent un quasi-accident avec un OVNI


    Crédit image : CC 2.0 Thomas Nugent

    Deux pilotes d'un avion de ligne ont signalé avoir failli entrer en collision avec un objet inconnu au-dessus de l'Écosse.

    L'Airbus 320 venait d'atterrir à l'aéroport de Glasgow lorsque les pilotes ont signalé avoir vu un objet bleu et jaune qui était déjà passé à moins de 300 pieds d'eux avant qu'il n'y ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement. Les deux pilotes se sont mis d'accord sur leurs descriptions de l'objet qui, selon eux, était plus gros qu'un ballon et semblait avoir une petite surface frontale. Le contrôle de la circulation aérienne n'a signalé aucun signe de quoi que ce soit sur le radar au moment de l'incident.

    "Le pilote d'un A320, à destination de Glasgow, a fait un récit contemporain de sa rencontre avec un objet non tracé à 3 500 pieds", a déclaré le UK Airprox Board qui enquête sur les quasi-accidents. "L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a pas permis de retracer une activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la zone."


    Le plan Daft de l'OMS dit que les femmes âgées de 18 à 50 ans ne devraient PAS boire du tout

    Suis le soleil

    Prestations de service

    ©News Group Newspapers Limited en Angleterre No. 679215 Siège social : 1 London Bridge Street, Londres, SE1 9GF. "The Sun", "Sun", "Sun Online" sont des marques déposées ou des noms commerciaux de News Group Newspapers Limited. Ce service est fourni selon les conditions générales standard de News Group Newspapers' Limited conformément à notre politique de confidentialité et de cookies. Pour vous renseigner sur une licence de reproduction de matériel, visitez notre site de syndication. Consultez notre dossier de presse en ligne. Pour d'autres demandes, contactez-nous. Pour voir tout le contenu sur The Sun, veuillez utiliser le plan du site. Le site Web de Sun est réglementé par l'Independent Press Standards Organization (IPSO)

    Nos journalistes s'efforcent d'être précis, mais nous commettons parfois des erreurs. Pour plus de détails sur notre politique de réclamation et pour déposer une réclamation, veuillez cliquer ici.


    Un OVNI orange s'approche à moins de 100 pieds d'un avion de passagers au-dessus de Glasgow, en Écosse

    Un avion de ligne en Écosse a récemment eu une rencontre rapprochée avec un objet que les experts de l'aviation n'ont jusqu'à présent pas pu identifier. L'incident est le deuxième de ce genre à se produire à l'aéroport depuis 2012.

    Le basé à Glasgow Horaires du soir a signalé l'incident cette semaine après que le quasi-accident a été publié sur le UK Airprox Board, un forum où les pilotes et les passagers peuvent publier des rapports d'"airprox". Un airprox est défini comme tout incident « dans lequel, de l'avis d'un pilote ou du personnel des services de la circulation aérienne, la distance entre les aéronefs ainsi que leurs positions et vitesses relatives ont été telles que la sécurité de l'aéronef impliqué peut avoir été compromise. " Selon le rapport, l'incident s'est produit le 26 mai alors qu'un Airbus A230 était en approche de l'aéroport de Glasgow :


    L'avion de ligne a raté de justesse l'OVNI

    L'Airbus A320 effectuait son approche finale vers l'aéroport de Glasgow le 2 décembre lorsqu'un objet est passé à environ 300 pieds sous lui.

    Le pilote de l'avion a déclaré que le risque de collision avec l'objet, qui n'apparaissait pas au radar, avait été "élevé".

    Un rapport du UK Airprox Board a déclaré que les enquêteurs étaient incapables d'établir quel avait été l'objet.

    L'A320 volait avec ses phares d'atterrissage allumés, dans des conditions claires et à une altitude d'environ 4 000 pieds au-dessus de la région de Baillieston à Glasgow, lorsque le pilote et le pilote non-pilote ont vu un objet " surgir devant " à une distance d'environ 100 m.

    L'objet est passé directement sous l'avion avant que l'un des membres d'équipage n'ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement ou ne l'ait "réellement enregistré".

    Mais ils ont tous les deux convenu qu'il semblait avoir été de couleur bleue et jaune ou argentée avec une petite zone frontale, mais "plus gros qu'un ballon".

    Le pilote a demandé au contrôleur de l'aéroport de Glasgow s'il "parlait à quoi que ce soit dans la région" car il s'était "assez proche" d'un avion bleu et jaune, voyageant dans la direction opposée, qui était passé juste en dessous de lui.

    Le contrôleur a déclaré qu'il ne parlait à personne d'autre dans cette zone et que rien n'a été vu sur le radar.

    Des recherches ont été menées sans résultat et le pilote de l'A320 a déclaré son intention de déposer un rapport auprès d'Airprox, qui enquête sur les quasi-accidents.

    Le contrôle du trafic aérien a déclaré qu'il n'avait aucune trace d'autres objets dans la zone au moment de l'incident, bien que le radar de Prestwick ait repéré un "historique de piste non identifié" à 1,3 mille marin à l'est de la position de l'A320 28 secondes plus tôt.

    Une fois que l'avion a atterri, le pilote a déclaré au contrôleur d'aérodrome de Glasgow : « Nous avons semblé ne l'avoir manqué que de quelques centaines de pieds, il est passé directement sous nous. Où que nous soyons lorsque nous l'avons appelé, c'était dans les 10 secondes environ. Je ne pouvais pas dire dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous.

    Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait qu'il pouvait s'agir d'un "planeur ou quelque chose comme ça", le pilote a répondu : "Eh bien, peut-être un ULM. Il avait l'air trop gros pour un ballon."

    Le rapport Airprox concluait : " L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a pas permis de retracer une activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la région.

    Le rapport a indiqué que le conseil d'administration d'Airprox avait été d'avis qu'il était peu probable que l'objet ait été un avion à voilure fixe, un hélicoptère ou une montgolfière, étant donné qu'il n'était pas apparu sur le radar.

    On pensait également qu'un ballon météorologique aurait une importance radar et qu'il serait peu probable qu'il soit lâché dans la région.

    Un planeur ne pouvait pas être écarté, selon le rapport, mais il était peu probable qu'un planeur opère dans la région en raison de l'espace aérien restreint et du manque d'activité thermique en raison de la basse température.

    De même, le conseil d'administration croyait qu'un deltaplane ou un paramoteur aurait une importance radar et que les conditions les en empêchaient, comme ils l'ont fait pour les parapentes ou les parascenders.

    Le rapport indiquait : " Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit et il a donc été estimé que le conseil d'administration ne disposait pas d'informations suffisantes pour déterminer une cause ou un risque ".


    L'avion de ligne "a raté de justesse un OVNI"

    Un avion de passagers a raté de justesse un objet non identifié au-dessus de Glasgow, a révélé un rapport.

    L'Airbus A320 effectuait son approche finale vers l'aéroport de Glasgow le 2 décembre lorsqu'un objet est passé à environ 300 pieds sous lui.

    Le pilote de l'avion a déclaré que le risque de collision avec l'objet, qui n'apparaissait pas au radar, avait été "élevé".

    Un rapport du UK Airprox Board a déclaré que les enquêteurs étaient incapables d'établir quel avait été l'objet.

    L'A320 volait avec ses phares d'atterrissage allumés, dans des conditions claires et à une altitude d'environ 4 000 pieds au-dessus de la région de Baillieston à Glasgow, lorsque le pilote et le pilote non-pilote ont vu un objet " surgir devant " à une distance d'environ 100 m.
    Continuer à lire l'histoire principale
    Transcription du poste de pilotage

    Le rapport Airprox comprenait une transcription de la conversation qui a eu lieu entre l'avion et le contrôleur à 12 h 55 :

    A320 : "Approche de Glasgow [A320 C/S]"

    EGPF : "[A320 C/S] faites passer votre message"

    A320 : "Er ouais, nous venons de passer quelque chose sous nous assez près [1255:30] et rien sur TCAS n'avez-vous quelque chose dans notre région"

    EGPF : "Er négatif, nous n'avons rien sur le radar et nous ne parlons pas non plus à aucun trafic"

    A320 : "Er pas tout à fait sûr de ce que c'était, mais c'est définitivement assez gros [1255:40] et c'est bleu et jaune"

    EGPF : "OK c'est compris, avez-vous une estimation de la hauteur"

    A320 : "Peut-être euh [1255:50] ouais, nous étions probablement à environ quatre cents à cinq cents pieds au-dessus, donc c'est probablement à environ trois mille cinq cents pieds."

    L'objet est passé directement sous l'avion avant que l'un des membres d'équipage n'ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement ou ne l'ait "réellement enregistré".

    Mais ils ont tous les deux convenu qu'il semblait avoir été de couleur bleue et jaune ou argentée avec une petite zone frontale, mais "plus gros qu'un ballon".

    Le pilote a demandé au contrôleur de l'aéroport de Glasgow s'il "parlait à quoi que ce soit dans la région" car il s'était "approché assez près" d'un avion bleu et jaune, voyageant dans la direction opposée, qui était passé juste en dessous de lui.

    Le contrôleur a déclaré qu'il ne parlait à personne d'autre dans cette zone et que rien n'a été vu sur le radar.

    Des recherches ont été menées sans résultat et le pilote de l'A320 a déclaré son intention de déposer un rapport auprès d'Airprox, qui enquête sur les quasi-accidents.

    Le contrôle du trafic aérien a déclaré qu'il n'avait aucune trace d'autres objets dans la zone au moment de l'incident, bien que le radar de Prestwick ait repéré un "historique de piste non identifié" à 1,3 mille marin à l'est de la position de l'A320 28 secondes plus tôt.

    Une fois que l'avion a atterri, le pilote a déclaré au contrôleur d'aérodrome de Glasgow : « Nous avons semblé ne l'avoir manqué que de quelques centaines de pieds, il est passé directement sous nous. Où que nous soyons lorsque nous l'avons appelé, c'était dans les 10 secondes environ. Je ne pouvais pas dire dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous. »
    Continuer à lire l'histoire principale
    Commencer le devis

    Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit

    Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait qu'il pouvait s'agir d'un "planeur ou quelque chose comme ça", le pilote a répondu : "Eh bien, peut-être un ULM. Il avait l'air trop gros pour un ballon."

    Le rapport Airprox concluait : " L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a pas permis de retracer une activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activité dans la région.

    Le rapport a indiqué que le conseil d'administration d'Airprox avait été d'avis qu'il était peu probable que l'objet ait été un avion à voilure fixe, un hélicoptère ou une montgolfière, étant donné qu'il n'était pas apparu sur le radar.

    On pensait également qu'un ballon météorologique aurait une importance radar et qu'il serait peu probable qu'il soit lâché dans la région.

    Un planeur ne pouvait pas être écarté, selon le rapport, mais il était peu probable qu'un planeur opère dans la région en raison de l'espace aérien restreint et du manque d'activité thermique en raison de la basse température.

    De même, le conseil d'administration croyait qu'un deltaplane ou un paramoteur aurait une importance radar et que les conditions les en empêchaient, comme ils l'ont fait pour les parapentes ou les parascenders.

    Le rapport indiquait : « Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable pour l'avion en conflit et il a donc été estimé que le conseil d'administration ne disposait pas d'informations suffisantes pour déterminer une cause ou un risque ».


    Near Collision: UFO VS Passanger Jet

    Il y a aujourd'hui une histoire à Glasgow, en Écosse, concernant un incident évité de justesse impliquant un avion de ligne Airbus A320 et un OVNI.

    L'avion de la compagnie aérienne avec 220 passagers à bord était en approche de l'aéroport de Glasgow au-dessus de Baillieston lorsqu'il a rencontré un OVNI à 3 500 pieds.

    Voici le rapport de STV Glasgow :

    Un avion de ligne impliqué dans un quasi-accident avec un OVNI près de l'aéroport de Glasgow

    Un avion de ligne a été impliqué dans un quasi-accident avec un objet volant non identifié, ont rapporté deux pilotes.

    L'OVNI bleu et jaune est arrivé à moins de 300 pieds de l'Airbus 320 le 2 décembre au-dessus de Baillieston alors que l'avion approchait de l'aéroport de Glasgow.

    Le UK Airprox Board – qui enquête sur les quasi-accidents dans le ciel – a appris que l'incident s'était produit à environ 3 500 pieds. Les deux pilotes sur le vol ont rapporté avoir vu l'OVNI "se profiler devant".

    La tête du tableau, l'objet est passé directement sous l'avion avant que l'un des membres de l'équipage n'ait eu le temps de prendre des mesures d'évitement ou ne l'ait "vraiment enregistré" bien qu'ils aient tous deux convenu qu'il apparaissait de couleur bleue et jaune ou argentée avec une petite zone frontale mais que c'était "plus gros qu'un ballon".

    La distance de manque estimée était de 300 pieds.

    Un contrôleur aérien a déclaré qu'il ne parlait à personne d'autre dans cette zone et que rien n'avait été vu sur le radar à ce moment-là.

    Le conseil d'administration a déclaré: "Le pilote d'un A320, à destination de Glasgow, a donné un compte rendu contemporain de la rencontre de son ac avec un objet non tracé à 3 500 pieds.

    « L'enquête sur les sources de surveillance disponibles n'a permis de retracer aucune activité correspondant à celle décrite par le pilote de l'A320. De plus, il n'y avait aucune autre information pour indiquer la présence ou non d'activités dans la région.

    Le rapport concluait : « Les membres étaient d'avis qu'en l'absence d'un écho radar primaire, il était peu probable que le courant alternatif non tracé soit un courant alternatif à voilure fixe ou tournante ou un ballon transportant un homme.

    "Il a été considéré qu'un ballon météorologique serait significatif au radar et peu susceptible d'être lâché dans la zone de l'Airprox.

    « Un planeur ne pouvait pas être écarté, mais il était peu probable qu'il opère dans cette zone, à la fois en raison de l'espace aérien restreint et du manque d'activité thermique dû à la basse température.

    « De même, le Bureau a estimé qu'un deltaplane ou un paramoteur aurait une importance radar et que les conditions les en empêchaient, comme ils l'ont fait pour les parapentes ou les parascenders. Les membres n'ont pas pu parvenir à une conclusion quant à un candidat probable.

    Pour vous donner une idée de la taille d'un A320, voici un petit aperçu de l'avion via le site d'Airbus :


    Airbus a lancé sa gamme de produits monocouloirs avec l'A320, qui continue d'établir les normes de l'industrie en matière de confort et d'économie d'exploitation sur les liaisons court et moyen-courriers. Pouvant généralement accueillir 150 passagers dans une cabine à deux classes - ou jusqu'à 180 dans une configuration à haute densité pour les vols low-cost et charters - l'A320 est en service répandu dans le monde entier sur des services qui varient des secteurs de courte distance en Europe, en Asie et ailleurs aux vols transcontinentaux à travers les États-Unis.

    La technologie de pointe de l'A320 comprend l'utilisation intensive de composites allégés, une aile optimisée qui est 20 % plus efficace que les conceptions précédentes, un affichage centralisé des défauts pour un dépannage plus facile et des coûts de maintenance réduits, ainsi que le fly-by-wire d'Airbus. commandes de vol.

    Les avantages des commandes de vol électriques – qui ont été lancées sur l'A320 – sont nombreux. Ils offrent une enveloppe de vol totale et une protection structurelle de la cellule pour une sécurité améliorée et une charge de travail réduite du pilote, ainsi qu'une douceur et une stabilité de vol améliorées et moins de pièces mécaniques.

    Pour un aperçu complet de cet avion incroyable, rendez-vous sur Airbus.com.

    Je sais ce que vous allez dire : comment faire monter 220 personnes sur un jet pouvant en contenir 180 au maximum ? Je suppose que c'est une sorte de magie ! En fait, cela peut être dû à une désinformation ou cet A320 particulier a des sièges dans les toilettes. Je vais vérifier cet écart et voir si je peux trouver une réponse.

    Pour en revenir à l'affaire en cours, selon le rapport, il n'y avait aucune identification radar de l'OVNI. Cela signifie-t-il qu'il doit s'agir d'une sorte de vaisseau spatial extraterrestre ? Bien sûr que non, mais le contrôle aérien n'est pas infaillible. En fait, Glasgow se trouve être l'emplacement du plus grand parc éolien au monde. Les parcs éoliens sont connus pour interférer avec le radar, créant souvent un faux positif pour les avions. Cela pourrait-il affecter par inadvertance la façon dont les opérateurs de radar de la tour de Glasgow ajustent leurs stations ?

    Le diagramme ci-dessous montre la trajectoire de vol de l'avion de ligne et de l'OVNI (identifié comme CPA1256) :

    Maintenant, pour avoir une idée de ce qui se passait en direct, voici l'échange entre la tour et l'avion :

    A320 : ‘Glasgow Approche [A320 C/S]’

    Contrôle aérien : ‘[A320 C/S] faites passer votre message’

    A320: ‘Euh oui, nous venons de passer quelque chose en dessous de nous assez près et rien sur le TCAS n'a quelque chose dans notre région’

    Contrôle : ‘Eu négatif, nous n'avons rien sur er radar et nous ne parlons pas non plus à la circulation’

    A320 : Je ne sais pas trop ce que c'était, mais il est vraiment assez gros et il est bleu et jaune.

    Contrôle : ‘OK c'est compris, avez-vous une estimation de la hauteur’

    A320 : Peut-être euh ouais, nous étions probablement à environ quatre cents à cinq cents pieds au-dessus, donc c'est probablement à environ trois mille cinq cents pieds.

    ‘… nous semblions ne le rater que de quelques centaines de pieds, il est passé directement sous nous… où que nous soyons lorsque nous l’avons appelé, c’était en moins de dix secondes environ

    ‘… je ne pouvais pas dire dans quelle direction il allait, mais il est passé juste en dessous de nous"’

    Contrôle : « Vous pensez qu'il pourrait s'agir d'un planeur ou quelque chose comme ça ? »

    A320 : "Eh bien, peut-être un ULM… il avait l'air trop gros pour un ballon."

    On dirait que tous étaient assez choqués et confus. Dans une situation comme celle-ci, les choses vont tellement vite qu'il faut tenir compte du facteur humain. En fait, selon un article du dailymail, l'équipage semblait même deviner la couleur.

    L'équipage de l'A320 n'a pu assimiler aucune information concernant la forme de l'avion non tracé dans l'aperçu fugace qu'il a eu, ne signalant qu'une couleur probable.

    Alors, pas de forme, et une simple supposition sur la couleur ? C'est un mystère en effet ! Si je devais tenter le coup, la seule chose qui manque souvent au contrôle aérien est un avion radiocommandé. Certains des jets RC les plus sophistiqués peuvent voler à des vitesses et des altitudes phénoménales. Pour autant que nous sachions, un terroriste déchaîné a peut-être utilisé un avion RC pour provoquer intentionnellement une collision.

    Cela peut juste entrer dans les livres comme un autre gratte-tête, mais je suis sûr que nos lecteurs auront beaucoup à dire et qui sait, nous pouvons résoudre le tout ici.