Intéressant

Maurice Neumont

Maurice Neumont



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Maurice Neumont est né à Paris, en France, le 22 septembre 1868. Il est devenu un artiste et pendant la Première Guerre mondiale a produit plusieurs affiches pour le gouvernement français.

L'affiche la plus populaire de Neumont était Ils ne passeront pas. Cela comprenait les mots: "Deux fois j'ai tenu bon et j'ai vaincu la Marne, mon frère civil. Une offensive de paix trompeuse vous attaquera à votre tour; comme moi, vous devez tenir bon et vaincre. Soyez fort et astucieux. Méfiez-vous de Boche hypocrisie."

Maurice Neumont décède le 10 février 1930.


Maurice Neumont - Histoire

Les artistes et leur travail

Les menus et cartes postales de la Société Cornet sont de véritables trésors d'art parisiens, non seulement parce qu'ils étaient en nombre limité ou, dans le cas des cartes postales, étaient chacun vraiment originaux et uniques, mais aussi en raison de l'histoire et la profondeur du talent que chacun représente. Pour comprendre la collection, il est essentiel de connaître les artistes et leur travail. Plusieurs de ces artistes gagnaient leur vie en réalisant des lithographies pour les hebdomadaires Le Chat Noir, La Grosse Caisse, Le Rire, La Vie Moderne et Le Journal Amusant entre autres. Leur revenu principal provenait d'un travail ardu d'illustrateurs et, au début, beaucoup d'entre eux vivaient une vie d'artiste en difficulté. Ils peignaient sur commande et dormaient souvent dans des quartiers exigus et froids.

Montmartre était l'épicentre de l'activité artistique, elle attirait des artistes de toute la France et du monde. Beaucoup de ces artistes avaient besoin d'un moyen de réseauter, de côtoyer d'autres âmes ambitieuses et de demander conseil à ceux qui avaient plus d'expérience. Pour ces raisons, des fraternités d'artistes telles que le Bon Bock, les Hydropathes, les Incohérents et la Société des Designers et Humoristes sont nées. Ces groupes étaient un forum pour exprimer ouvertement des idées allant de l'art à la politique et étaient un appendice de la Cornet Society qui a également été fondée selon les mêmes principes.

Bien que la Cornet Society ait duré au moins 76 ans (1896

1972), c'est de 1905 au début des années 1930 que le groupe s'épanouit et produit son matériel le plus esthétique. Chaque menu illustré est numéroté chronologiquement, en fonction de la date de la réunion. Ils n'étaient pas faits pour le public, ils étaient exclusivement pour la Cornet Society et étaient limités à pas plus de 200 tirages, puisque le nombre de membres de la société était limité à 200.


Société Bon Bock 1875- 1970
Fondé par Émile Bellot
Groupe Radical et Satirique….abonné à Rabelais humour mordant et pensée satirique
Artistes, écrivains, interprètes et dramaturges Des dîners animés autour de Montmartre à des invitations illustrées Grenet-Dancourt, Paul Delmet, Jules Grun, Bertrand Mellenvoye, Steinlen et Adolphe Willette, tous membres de Cornet, ont également été membres de Bon Bock à leurs débuts.

Hydropathes 1878-
Fondée par Émile Goudeau
CS mem. André Gill, Edmond Haurocourt et Jules Levy appartenaient aux Hydropathes.
Rencontré au Quartier Latin deux fois par semaine et publié Un journal bimestriel

Incohérents 1882-1897 ?
Fondé par Jules Levy, membre de la Cornet Society
Un peu moins radical que les groupes ci-dessus. CM mém. Maurice Donnay et Maurice Neumont en étaient membres. Ce dernier Neumont a créé l'illustration ci-dessous pour les Incohérents.

PUBLICATION DE 1897 LES PROGRAMMES ILLUSTRES. QUI A ÉTÉ ÉDITÉ PAR LE RENOMMÉ EXPERT DE L'AFFICHE ERNEST MAINDRON,. Maurice Neumont a réalisé cette lithographie.

Décadents 1886-
Considéré que l'art ne devrait pas se préoccuper des attentes morales ou sociétales - l'art devrait survivre en fonction de son mérite indépendant.

Société Cornet 1896-1970
Fondée par Georges Courteline, Paul Demet, Bertrand Mellenvoye et
Albert Michaut

Cornet Society Artistes Contributions à Le Master de l'Affiche

Les maîtres de l'affiche est une collection de 5 volumes publiés à Paris entre 1895 et 1900 qui présente l'art de l'affiche le plus apprécié et le plus connu de la période. L'éditeur était l'Imprimerie Chaix. Jules Cheret, inventeur de la technique de la chromolithographie en 1860 et l'un des plus célèbres affichistes, fut directeur artistique de la publication et réalisa plusieurs portraits de Georges Wague en Pierrot. Les cinq volumes ont été annotés par Roger Marx, un célèbre critique d'art et historien. Les maîtres de l'affiche comprenait 256 planches, dont 67 de Cheret, considérées comme des chefs-d'œuvre de la technique de la chromolithographie et, dans certains cas, des œuvres d'art de chef-d'œuvre. La moitié des œuvres non attribuées à Cheret sont d'artistes français, dont 7 d'Alphonse Mucha, et 5 de Toulouse-Lautrec. Au moment de la publication, l'art de l'affiche jouissait d'une grande popularité en France et dans toute l'Europe. Décrit par Roger Marx comme une forme d'art populaire, les affiches du jour ont fait vivre les mœurs et les mœurs, les modes et les goûts, les mille spectacles de la vie publique et privée de l'époque. (De la Préface à Tome 1 (1896).

Sept membres de la Cornet Society sont représentés dans Maîtres de l'affiche, avec 24 œuvres. Leur contribution est la suivante :
Georges De Feure : 5 œuvres, planches #10, 8, 130, 146, 199.
Fernand Gottlob : 2 œuvres, planches #219, 239.
Jules Grun : 3 œuvres, planches #103,159, 223.
Charles Léandre : 2 œuvres, planches n°206, planche spéciale 15.
Misti : 2 œuvres, planches n°86, 215.
Roedel : 4 œuvres, planches #75, 179, 195, 235.
Willette : 6 œuvres, planches n°14, 43, planche spéciale 4, 142, planche spéciale 11, 194.

Ces 7 artistes de la Cornet Society ont illustré 41 menus dans Les Maîtres de l'Affiche


Vous n'avez fait qu'effleurer la surface de Neumont histoire de famille.

Entre 1964 et 1996, aux États-Unis, l'espérance de vie à Neumont était à son point le plus bas en 1996 et à son maximum en 1964. L'espérance de vie moyenne pour Neumont en 1964 était de 87 et de 52 en 1996.

Une durée de vie inhabituellement courte pourrait indiquer que vos ancêtres Neumont vivaient dans des conditions difficiles. Une courte durée de vie peut également indiquer des problèmes de santé qui étaient autrefois répandus dans votre famille. Le SSDI est une base de données consultable de plus de 70 millions de noms. Vous pouvez trouver des dates de naissance, des dates de décès, des adresses et plus encore.


Grande Matinée Artistique en l'honneur des Raemaekers

L'événement annoncé dans cette affiche est une après-midi de célébration et de bénéfice en l'honneur de l'artiste et caricaturiste d'origine néerlandaise Louis Raemaekers, dont les caricatures anti-allemandes sur le thème de la guerre ont été diffusées dans les journaux et magazines alliés. Maurice Neumont a représenté ici Raemaekers sortant d'une boule de fromage Edam, son outil de dessin prêt, devant un Brunhild agenouillé et se rendant. Le rendu grotesque et exagéré de Brunhild par Neumont, une représentation allégorique de l'Allemagne, défie toute description. Raemakers était tenu en grande estime parmi les Alliés : « Louis Raemaekers restera à jamais l'une des figures suprêmes que la Grande Guerre a fait naître. Son génie a été enrôlé au service de l'humanité, et son œuvre, étant entièrement sincère et exempte de préjugés raciaux ou nationaux, durera en effet, elle promet de se renforcer au fil des années. Lorsque les passions intenses, qui ont été réveillées par cette lutte mondiale, se seront évanouies, la civilisation considérera la guerre en grande partie à travers ces merveilleux dessins. »


Affiche de la Première Guerre mondiale

L'affiche française de la Première Guerre mondiale de 1918 a été découverte dans une malle d'un vieil hôtel à Eureka Springs (comté de Carroll). Le coffre, qui contenait des affiches, des manuels de l'armée, des cartes et des lettres, avait appartenu au 1er lieutenant John Harold Lawson (1897-1966), qui a servi dans la 123e division d'artillerie de campagne de l'Illinois pendant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, Lawson est retourné dans sa ville natale de Kewanee, dans l'Illinois, où il a vécu avec sa mère pendant ses études universitaires. De 1938 à 1960, lui et sa femme, Leora, ont vécu à Topeka, Kansas, où il a travaillé comme comptable pour la Kansas Power and Light Company. John et Leora Lawson sont enterrés au cimetière d'Eureka Springs.

L'Union des associations françaises contre la propagande ennemie a chargé l'artiste français Maurice Neumont de créer l'œuvre. Neumont représente un soldat portant un masque à gaz debout sur un champ déchiré par la guerre. Derrière lui, dans un nuage de fumée, se trouve la phrase « Ils ne passeront pas ! 1914-1918.” Au bas de l'affiche se trouve un message du soldat, qui s'adresse à des civils français. Ça lit,

Deux fois j'ai tenu et gagné sur la Marne,
Civil, mon frère,
L'offensive sournoise de la "paix blanche" vous agressera à votre tour,
Comme moi, tu dois tenir et gagner, être fort et astucieux,
Attention à l'hypocrisie allemande.

Le soldat fait référence à deux batailles qui se sont déroulées le long de la Marne en France, toutes deux étaient des victoires alliées sur les armées allemandes. “White Peace” est un terme utilisé pour décrire un règlement où les nations acceptent de cesser les combats, sans aucune annexion ou réparation échangée. Le message implicite de l'affiche est que, pour la France, la vraie paix ne peut venir qu'avec la victoire.

L'affiche française de la Première Guerre mondiale de 1918 a été découverte dans une malle d'un vieil hôtel à Eureka Springs (comté de Carroll). Le coffre, qui contenait des affiches, des manuels de l'armée, des cartes et des lettres, avait appartenu au 1er lieutenant John Harold Lawson (1897-1966), qui a servi dans la 123e division d'artillerie de campagne de l'Illinois pendant la Première Guerre mondiale. Après la guerre, Lawson est retourné dans sa ville natale de Kewanee, dans l'Illinois, où il a vécu avec sa mère pendant ses études universitaires. De 1938 à 1960, lui et sa femme, Leora, ont vécu à Topeka, au Kansas, où il a travaillé comme comptable pour la Kansas Power and Light Company. John et Leora Lawson sont enterrés au cimetière d'Eureka Springs.

L'Union des associations françaises contre la propagande ennemie a chargé l'artiste français Maurice Neumont de créer l'œuvre. Neumont représente un soldat portant un masque à gaz debout sur un champ déchiré par la guerre. Derrière lui, dans un nuage de fumée, se trouve la phrase « Ils ne passeront pas ! 1914-1918.” Au bas de l'affiche se trouve un message du soldat, qui s'adresse à des civils français. Ça lit,

Deux fois j'ai tenu et gagné sur la Marne,
Civil, mon frère,
L'offensive sournoise de la "paix blanche" vous agressera à votre tour,
Comme moi, tu dois tenir et gagner, être fort et astucieux,
Attention à l'hypocrisie allemande.

Le soldat fait référence à deux batailles qui se sont déroulées le long de la Marne en France, toutes deux étaient des victoires alliées sur les armées allemandes. “White Peace” est un terme utilisé pour décrire un règlement où les nations acceptent de cesser les combats, sans aucune annexion ou réparation échangée. Le message implicite de l'affiche est que, pour la France, la vraie paix ne peut venir qu'avec la victoire.


Métaphore et symbolisme

Une carte persuasive a deux aspects importants : le message ou le sujet de la carte, et les techniques qu'elle emploie, telles que l'utilisation d'allégorie, de symboles ou de satire. La cartographie satirique et picturale combine des illustrations et du texte avec des éléments cartographiques pour transmettre des commentaires sociaux, économiques ou politiques.

La pieuvre est un trope persistant dans la cartographie persuasive. Avec ses nombreux membres capables de s'étendre dans toutes les directions, l'animal a été utilisé à plusieurs reprises comme symbole de la cupidité financière ou d'une prise pernicieuse pour le pouvoir et le territoire. Sa prévalence sur les cartes des 19 e et 20 e siècles suggère la persistance de la pieuvre comme moyen d'évoquer un sentiment de peur et d'appréhension chez les spectateurs avec ses bras dévorants.

De nombreuses cartes qui utilisent le motif de la pieuvre se rapportent à l'impérialisme et à la guerre. Une carte de 1877 publiée au milieu de la guerre russo-turque présente la Russie comme une créature monstrueuse s'emparant de la terre dans toutes les directions et s'élançant vers des pays qui sont représentés comme des peuples menacés. Une affiche française de 1917 dépeint la croissance des armées allemandes sur deux siècles et l'expansion territoriale de l'Allemagne, tandis qu'une carte allemande de 1918 soutient que l'Empire britannique menace la liberté des mers. Mais le symbole du poulpe n'apparaît pas exclusivement dans le contexte de la guerre. Il présentait également des arguments sociaux et politiques, tels que les dénonciations de sociétés monopolistiques, le &ldquoLandlordism&rdquo à Londres, les opérations de vente au détail par correspondance, et même un journaliste &ldquoreactionary&rdquo.

"La 'Pieuvre Britannique' - L'Angleterre dans le nord de l'Océan Indien." [La pieuvre britannique - L'Angleterre dans le nord de l'océan Indien]. Journal des Voyages - Aventures de Terre et de Mer. Paris : Librairie Illustrée, 1905.
Don de PJ Mode.

Cette carte d'une publication française montre la portée agressive de la « pieuvre » impériale britannique sur la péninsule arabique et la corne de l'Afrique en 1905.

Henry Mohr et Oliver Starr. "La pieuvre rouge.” Globe-démocrate de Saint-Louis. 27 septembre 1980 - 15 octobre 1980.
Don de PJ Mode.

La carte illustrant cette série d'articles utilise la métaphore du poulpe pour décrire les ambitions de l'Union soviétique pour la domination du monde.

William Bellinger Northrop. Les propriétaires fonciers provoquent le chômage. Éditions Hendersons, Londres, 1909.
Prêt de la Collection de PJ Mode.

Cette carte utilise le trope de la pieuvre pour attirer l'attention sur l'écart entre les citoyens les plus riches et les plus pauvres de Londres, montrant comment de vastes zones de la ville étaient détenues et contrôlées par de riches et puissants propriétaires aristocratiques. Le texte ci-contre indique que le « propriétaire foncier » provoque le chômage, paralyse le bâtiment et « paupérise la paysannerie ». William Northrop était un journaliste indépendant américain et collaborateur fréquent de magazines britanniques qui ciblaient souvent les inégalités de la richesse britannique dans ses écrits.

Scott Johnston, artiste. « Dieu et les gorilles. » Dans : Kramer, Dale Kramer, « Dieu et les gorilles », Nouvelles messes, 24 mars 1936.
Don de PJ Mode.

Dans cet article de Nouvelles messes magazine, le chroniqueur influent et prolifique Arthur Brisbane est caricaturé comme une pieuvre géante, avec des bras tendus pour étrangler des villes de Seattle, Los Angeles et San Antonio à Washington et Boston.

Joseph Ferdinand Keppler. "Prochain!"Magazine de la rondelle, 7 septembre 1904.
Prêt de la Collection de PJ Mode.

Cette carte dessinée, publiée huit semaines avant l'élection présidentielle américaine de 1904, dépeint la Standard Oil Company comme une grande pieuvre dispersée à travers le pays, étranglant les capitales des États et le Congrès, et maintenant tendant la main à « Next » dans le but de s'emparer de la Maison Blanche. Theodore Roosevelt, après avoir établi ses références dans la lutte contre les monopoles, a été réélu lors d'un glissement de terrain, et en novembre 1906, son administration a intenté une action antitrust massive contre Standard Oil en vertu de la loi Sherman de 1890. Le gouvernement a gagné devant le tribunal de première instance, et en mai 1911, la Cour suprême a confirmé la décision du tribunal de première instance et a ordonné la dissolution de la Standard Oil.

Freiheit der Meere [Liberté des mers]. [Allemagne, fin 1917-1918.]
Don de PJ Mode.

Cette affiche allemande représente la Grande-Bretagne comme une pieuvre menaçant la « liberté des mers ». Ses nombreuses armes s'étendent sur quelque 27 lieux prétendument colonisés ou attaqués par l'Empire. L'affiche représente les efforts allemands pour gagner en influence dans les éventuelles négociations de paix de la Première Guerre mondiale.

Patrick Cokayne Keely. Indé Moët Vrij ! Werkt en Vecht Ervoor! [Les Indes doivent être libres ! Travaillez et battez-vous pour cela !]. Regerings Voorlichtings Dienst, éditeur, et James Haworth & Brother Ltd., imprimeur, 1944.
Prêt de la Collection de PJ Mode.

Cette affiche de la Seconde Guerre mondiale dépeint l'Empire japonais comme une pieuvre dont les bras s'étendent pour contrôler les Indes néerlandaises. Il a probablement été imprimé en prévision d'une libération imminente des Alliés, mais le désir néerlandais de récupérer leur territoire colonial a été contré par les efforts de l'Indonésie pour obtenir son indépendance, qu'ils ont déclarée dans les cinq jours suivant la capitulation japonaise.

Maurice Neumont. La Guerre est l'Industrie Nationale de la Prusse. P J Gallais et Cie, Edit., imprimeur, et La Conférence au Village contre la Propagande Ennemie en France, 1917.
Prêt de la Collection de PJ Mode.

Cette affiche de propagande française de 1917 est légendée d'une citation du XVIIIe siècle : « Même en 1788, Mirabeau disait que la guerre est l'industrie nationale de la Prusse. Les chiffres en haut à droite illustrent la croissance des armées allemandes sur deux siècles, et les codes de couleur montrent l'expansion territoriale du pays. De manière dramatique, l'Allemagne est représentée comme une pieuvre avec des bras s'étendant non seulement à l'ouest de la France, de l'Angleterre, de l'Espagne et de l'Italie, mais aussi des Balkans et de la Grèce, de la Turquie et de l'Asie Mineure, de la Roumanie et de la Russie.

Frédéric W. Rose. Carte de guerre Serio-Comic pour l'année 1877. George Washington Bacon & Co., 1877.
Prêt de la Collection de PJ Mode.

La pieuvre est un trope persistant dans la cartographie persuasive. Il est apparu pour la première fois sur cette carte satirique en mars 1877, deux mois après que la Russie a attaqué l'Empire ottoman en réponse au massacre turc des Bulgares chrétiens. Il reflète les opinions politiques des conservateurs russophobes pro-turcs en Grande-Bretagne.

The Avenger : une carte de guerre allégorique pour 1877. George Washington Bacon & Co., 1877.
Don de PJ Mode.

Cette carte, réalisée par la même société que le Carte de guerre Serio-Comic, représente le point de vue opposé des libéraux russophiles anti-turcs du gouvernement britannique concernant la guerre russo-turque de 1877-78. Ici, la Russie est représentée comme une figure allégorique du Progrès qui punit la Turquie pour le massacre des Bulgares chrétiens en avril 1876.

Mike Cressy. La carte littéraire de l'Amérique latine. Molly Maguire, designer, et Aaron Blake, éditeur, 1988.
Don de PJ Mode.

Cette carte-brochure promotionnelle célèbre les cultures de plusieurs pays, états ou régions du Mexique, d'Amérique centrale et du Sud et des Caraïbes en offrant un aperçu historique de leurs contributions littéraires. Une liste d'accompagnement présente les noms de romanciers et de poètes, dont beaucoup sont lauréats du prix Nobel.

BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE CORNELL

Cette exposition a été financée grâce au généreux soutien du Stephen '58 MBA '59 et Evalyn Edwards '60 Milman Exhibition Fund.

Si vous avez une question ou un commentaire, veuillez nous contacter. | Assistance à l'accessibilité Web


Liste des œuvres de notre collection à retrouver dans l'exposition :

Paire de souliers pour hommes, vers 1750, de la Société de l'Histoire du Costume, GAL1920.1.382AB
Paire d'escarpins pour homme à tige en cuir verni, à languette et oreilles larges, dont l'extrémité est percée d'une boutonnière avec un ruban de serrage en soie marron bordés de cuir marron côtés de la tige plus clair doublés de cuir languette et bord supérieur (?) marron semelle en cuir talon en bois peint en rouge semelle d'usure en cuir.

Chaussures d'enfants, XVIIIe siècle, don de la Société de l'Histoire du Costume, GAL1920.1.581
Chaussure style derby avec pied en cuir marron indifférencié, 2 empiècements de laçage (orteil en dentelle d'origine ?), 1 œillet, bout rond, semelle épaisse, petit talon.

Paire de chaussures, vers 1720, donation de la Société de l'Histoire du Costume, GAL1920.1.1900AB
Tige en cuir marron clair, tige de la tige brodée de fil de volute d'argent se confondant avec un décor géométrique de jambe reliant les quartiers (boucle manquante), languette carrée fuselée bout pointu semelle en cuir bleu doublure talon haut à profil incurvé.

Paire de chaussures, vers 1790, donation de la Société de l'Histoire du Costume, GAL1920.1.2163AB
Paire d'escarpins à paton galbé, tige en cuir marron avec lacet en ruban de soie. La tresse est glissée sous la dentelle, autour de la bordure de l'encolure entre le devant et le dos recouverte d'un décolleté en ruban à trois rangs avec un ruban de soie. cuir marron.

Paire de chaussures, vers 1750, donation de la Société de l'Histoire du Costume, GAL1944.11.3AB
Paire de chaussures en cuir marron/noir, coutures ornementales sur les quartiers, fermeture par une jambe en cuir perforé à franges et une boucle en métal jaune, la languette est prolongée par un élément en cuir orné qui dissimule partiellement la boucle. Petits talons, embouts et semelles cloutés.

Paire de chaussons, 1850-1872, don de Mme Cossa, GAL1945.7.2(1-2)
Paire de chaussons de pied indifférenciés avec encolure supérieure en tapisserie de laine et soie bordée d'un ruban de satin de soie rose et vert pâle à volants doublure en cuir rose quart doublure devant en taffetas de soie rose et semelle propre semelle d'usure en cuir.

Paire de chaussures pour enfants, 1750-1780, don de Mme Maurice Neumont, GAL1961.34.37AB
Paire de petites chaussures pointues pour enfants avec tige avant en satin de laine imprimée brodée de paillettes et fils métalliques et restes d'éléments textiles formant une fleur près du creux de l'encolure décor de rubans de taffetas de soie rose sur les côtés de la tige, le long des coutures médianes dentelle de ruban de taffetas de soie rose (presque entièrement disparue) recouvrant une tresse de soie formant un nœud dans le creux de l'encolure et maintenue par de larges points overlock doublure de la tige avant en toile de lin écru et de la partie arrière en peau graissée cuir graissé semelle propre marron semelle d'usure en cuir.

Fiot, paire de bottines pour hommes, vers 1880, don de M. Jacques Couppé, GAL1964.7.11(1-2)
Paire de bottines partie inférieure de la tige en cuir verni marron recto et verso de la zone de la cheville en cuir et côtés en tissu élastique décor de six boutons en nacre sur le côté doublure intérieure en sergé de coton en sergé à chevrons pattes sur le devant et l'arrière du talon de botte de semelle de cuir de bord supérieur et de semelle de cuir marron.

Paire de chaussures pour enfants, 1800-1815, offerte par Mme Cossa, GAL1968.1.3 AB
Paire de chaussures pour enfants avec tige en cuir marron et une petite boucle en métal sur l'avant-pied dans le creux de l'encolure laça à travers quatre trous à l'aide d'un ruban tressé noir garniture en cuir léger doublure en cuir léger et semelle propre semelle d'usure en cuir

Paire de bottines pour enfants, 1852-1870, datée par Mademoiselle Dionis du Séjour, GAL11997
Paire de bottines pour enfants partie inférieure de la tige en cuir verni et partie supérieure en toile bleue fermeture par trois boutons et trois boutonnières en métal doublure en sergé de laine et peau pour la zone de la boutonnière propreté semelle en peau de laine (ou peau de lapin ?) semelle d'usure en cuir.

Retrouvez ci-dessous le diaporama de ces chefs-d'œuvre d'exception !


NEUMONT c. ETAT

Elizabeth J. NEUMONT, et al., Appelants, c. ÉTAT de Floride, Comté de Monroe, Floride, Appellée.

N° SC06-1204.

Décision : 27 septembre 2007

Les appelants cherchent à invalider une ordonnance du comté de Monroe limitant l'utilisation des maisons comme locations de vacances. Nous devons décider quels types de changements à une ordonnance proposée pendant le processus de promulgation sont « substantiels ou importants » de sorte que le processus doit repartir de zéro. En examinant l'affaire en appel d'un jugement sommaire, la Cour d'appel des États-Unis pour le onzième circuit nous a certifié une question. Nous avons exercé notre compétence discrétionnaire pour y répondre. Voir art. V, § 3(b)(6), Fla. Const. Pour les raisons exposées ci-dessous, nous considérons que les modifications apportées à une ordonnance au cours du processus de promulgation ne sont « substantielles ou importantes » que si elles modifient l'objectif général de l'ordonnance.

I. HISTORIQUE FACTUEL ET PROCÉDURAL

Le Conseil des commissaires du comté de Monroe a promulgué l'ordonnance n° 004-1997 le 3 février 1997. L'ordonnance restreint l'utilisation des propriétés résidentielles dans tout le comté de Monroe en tant que locations de vacances, définies comme des locations de moins de vingt-neuf jours. Le but de l'ordonnance est d'empêcher le détournement de logements résidentiels rares vers la location de vacances. Les infractions entraînent des sanctions pénales.

Le comté a publié l'ordonnance pour la première fois du 7 au 9 novembre 1996. L'annonce comprenait le titre de l'ordonnance : « Modification de l'interdiction existante sur les logements touristiques, y compris les locations de vacances dans tous les districts d'utilisation des terres ». L'annonce indiquait qu'une première audience publique était prévue pour le 10 décembre. À l'époque, une ébauche de l'ordonnance, datée du 17 septembre 1996, était à la disposition du public.

Lors de l'audience du 10 décembre, le conseil des commissaires de comté a examiné un nouveau projet daté du même jour qui a été distribué au conseil lors de l'audience. Il différait du projet annoncé à plusieurs égards :

(a) le projet initial proposait une interdiction des locations de vacances dans tout le comté, tandis que le nouveau projet adoptait une approche district par district

(b) le projet initial prévoyait une option pour créer des sous-districts où les locations de vacances seraient autorisées, tandis que le nouveau projet éliminait cette option et

(c) le nouveau projet comprenait un système de licence plus complexe pour les locations de vacances que le projet original.

Sur la base des commentaires reçus à l'audience, le conseil a ordonné des modifications supplémentaires.

Les 11, 12 et 16 janvier 1997, le comté a publié un avis de deuxième audience publique. Cette publicité indiquait à nouveau le titre de l'ordonnance, qui était le même que le titre original, sauf à un égard. Il a déclaré : « Modifier l'interdiction actuelle des logements touristiques, y compris les locations de vacances dans tous les quartiers résidentiels » (au lieu de « districts d'utilisation des terres »).

La deuxième audience a eu lieu le 3 février. Lors de cette audience, le conseil a examiné un nouveau projet d'ordonnance daté du 29 janvier, qui avait été distribué au public le 31 janvier. Lors de la deuxième audience, le conseil a également examiné une « feuille d'errata », qui comprenait des modifications supplémentaires à l'ordonnance proposée.

Après quatre heures et demie de débat public, le conseil a approuvé le projet du 29 janvier avec les modifications proposées dans la feuille d'errata. Il y avait trois différences principales entre l'ébauche du 10 décembre et la version finale :

(a) Le projet du 10 décembre autorisait les locations de vacances dans les quartiers résidentiels peu peuplés alors que l'ordonnance finale les interdisait

(b) Le projet du 10 décembre concernait les locations de vacances dans les districts de pêche commerciale, alors que l'ordonnance finale ne l'a pas fait et

(c) Le projet du 10 décembre ne faisait pas référence au district résidentiel de pêche commerciale, tandis que l'ordonnance finale interdisait les locations de vacances dans ce district.

Les demandeurs, Elizabeth Neumont et autres, possèdent une propriété dans le comté de Monroe, qu'ils ont utilisée pour des locations de vacances à court terme. Ils ont poursuivi le comté de Monroe devant le tribunal de district des États-Unis pour le district sud de la Floride, contestant l'ordonnance fondée sur la loi de l'État et la loi fédérale. Les diverses demandes visaient un jugement déclaratoire quant à la validité de l'ordonnance, une mesure injonctive pour arrêter ses effets et une indemnisation pour les dommages résultant de son exécution. Le chef X a affirmé que l'ordonnance était nulle parce que les modifications apportées au cours du processus de promulgation étaient « substantielles ou importantes », exigeant ainsi que le processus recommence.

Le tribunal de district a certifié une catégorie de plaignants, voir Neumont v. Monroe County, Floride, 198 F.R.D. 554 (S.D.Fla.2000) et a par la suite rejeté plusieurs chefs d'accusation. Voir Neumont c. Monroe County, Floride, 242 F.Supp.2d 1265 (S.D.Fla.2002). Après la découverte et plusieurs séries de requêtes en jugement sommaire, le tribunal a confirmé l'ordonnance, a accordé un jugement sommaire pour le comté de Monroe sur le chef X et a rejeté les demandes restantes. Neumont v. Comté de Monroe, Floride, 280 F.Supp.2d 1367 (S.D.Fla.2003). Les plaignants ont fait appel.

Le onzième circuit a noté que les tribunaux fédéraux « ne traitent des questions de droit constitutionnel fédéral qu'en dernier recours ». Neumont v. Florida, 451 F.3d 1284, 1285 (11th Cir.2006) (citant Save Our Dunes v. Ala. Dep't. of Envtl. Mgmt., 834 F.2d 984, 989 (11th Cir.1987) ). Le tribunal a en outre noté qu'une détermination de la loi de l'État sur le chef X "pourrait supprimer la nécessité de trancher certaines questions de droit constitutionnel fédéral". Identifiant. Par conséquent, la cour de circuit nous a certifié la question suivante :

Si, aux fins de l'article 125.66 (4) (b) des Statuts de la Floride, un « changement substantiel ou important » dans une ordonnance proposée au cours du processus de promulgation (c'est-à-dire le type de changement qui obligerait un comté à recommencer le processus) est limité à une modification de « l'objectif général initial » de l'ordonnance proposée, ou si un changement substantiel ou important comprend (1) une modification de la « liste réelle des utilisations autorisées, conditionnelles ou interdites dans une catégorie de zonage », ou (2) une modification nécessaire pour garantir l'adoption législative de l'ordonnance ?

Identifiant. à 1287. La question est l'une des premières impressions en Floride.

Les demandeurs soutiennent que le comté de Monroe a modifié l'ordonnance proposée à plusieurs reprises au cours du processus et que, parce que les changements étaient « substantiels ou importants », le processus de promulgation aurait dû être relancé. Ils soutiennent qu'après chaque modification de l'ordonnance, la proposition aurait dû être ré-publiée et de nouvelles audiences publiques auraient dû être organisées. Le comté de Monroe concède qu'un changement substantiel ou important à une ordonnance proposée nécessiterait une telle action. Cette exigence découle d'un avis du procureur général de la Floride de 1982 concluant que «si des modifications ou des modifications substantielles ou importantes sont apportées au cours du processus d'adoption, le processus de promulgation ․ doit recommencer à zéro, dans le plein respect des exigences de lecture et de notification contenues [dans la loi]. Voir Op. Att'y. Général Floride 82-93 (1982). Cette conclusion est conforme à celle d'autres autorités. Voir 5 Eugene McQuillin, The Law of Municipal Corporations, § 16.88 (3e éd. 1996) (« Une ordonnance modifiée après sa publication n'est pas annulée si l'ordonnance telle que modifiée ne diffère pas de la substance de l'ordonnance originale. »). Le comté fait valoir, cependant, que les modifications apportées à cette ordonnance n'étaient pas substantielles ou importantes parce qu'elles n'ont pas modifié l'objectif général de l'ordonnance. Par conséquent, la seule question que nous devons considérer est de savoir quel type de changements à une ordonnance proposée sont « substantiels et importants » afin d'exiger le redémarrage du processus.

Les parties proposent trois définitions possibles de « changement substantiel ou important ». Ce sont : une modification de la liste réelle des utilisations autorisées, conditionnelles ou interdites au sein d'une catégorie de zonage, une modification nécessaire pour garantir l'adoption de la législation et une modification de l'objectif initial de l'ordonnance. Pour les raisons expliquées ci-dessous, nous estimons que la dernière définition - un changement dans l'objectif initial de l'ordonnance - est la plus conforme aux exigences légales pour la promulgation d'une ordonnance et favorise au mieux l'intérêt du public pour une administration locale efficace et réactive.

Dans les sections suivantes, nous (A) passons en revue le système de zonage du comté de Monroe en général et l'ordonnance n° 004-1997 en particulier (B) analysons les exigences pour l'adoption des ordonnances énumérées à l'article 125.66, Florida Statutes (1995) (C) adoptent une définition de « changement substantiel ou important » et enfin (D) appliquer cette définition à ce cas. Nous concluons que l'approche à usage général est la norme appropriée.

A. Le système de zonage du comté de Monroe et l'ordonnance n° 004-1997

Nous examinons d'abord le système de zonage du comté de Monroe. Le code du comté de Monroe (MCC) définit vingt-trois catégories de districts d'utilisation des terres. 1 Chaque catégorie sert un objectif différent. Par exemple, un quartier commercial urbain est « destiné à servir les ventes et services au détail, les services professionnels et les activités de villégiature ». Comté de Monroe, Floride, Code § 9.5-203 (2007). Un quartier résidentiel urbain est destiné à « fournir des zones à usages résidentiels à haute densité ». Identifiant. § 9.5-204. Chaque district a également des usages autorisés, conditionnels et interdits. Par exemple, dans le Quartier Commercial Urbain, « les usages récréatifs [sont] limités à : bowlings, tennis ․ tribunaux . [et] des piscines. Identifiant. § 9.5-232(a). Dans les districts du village de pêche commerciale, la pêche commerciale est une utilisation autorisée, mais les installations de communication sans fil sont une utilisation conditionnelle, sous réserve de certaines conditions.

The use at issue here was vacation rentals. The ordinance defined vacation rentals as short-term leases of fewer than twenty-nine days. The ordinance permits vacation rentals in certain districts.

As noted above, during the enactment process, the County considered several versions of the ordinance. Between the first published notice in November 1996 and the final public hearing in February 1997 the County altered the list of land use districts where vacation rentals were permitted. For example, the original version permitted them in the Sparsely Settled Residential Districts, while the final version did not. The original version did not mention the Commercial Fishing Residential District, while the final version prohibited vacation rentals there. Finally, the original version addressed vacation rentals in 22 of the 23 Commercial Fishing Districts, but the final version did not refer to them.

B. Section 125.66, Florida Statutes

Article VIII, section 1 of the Florida Constitution authorizes counties to enact local ordinances: “The board of county commissioners of a county ․ may enact, in a manner prescribed by general law, county ordinances.” Section 125.66, Florida Statutes (1995), establishes the procedures by which ordinances may be enacted: “In exercising the ordinance-making powers conferred by s.1, Art. VIII of the State Constitution, counties shall adhere to the procedures prescribed herein.” § 125.66(1), Fla. Stat. (1995). Section 125.66 imposes detailed notice and hearing requirements depending on the type of ordinance proposed. Three subsections are particularly relevant here: (1) section 125.66(2), governing the “regular enactment procedure” for ordinances that do not involve land use districts (2) section 125.66(4)(a), governing ordinances that change the zoning map designation for parcels of fewer than ten acres and (3) section 125.66(4)(b), governing ordinances that change the zoning map designation of parcels larger than ten acres, or which change the list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category. We review each of these subsections below.

1. Section 125.66(2): the Regular Enactment Procedure

Section 125.66(2) governs the enactment process for the vast majority of county ordinances. It provides in relevant part:

(2)(a) The regular enactment procedure shall be as follows: The board of county commissioners at any regular or special meeting may enact or amend any ordinance, except as provided in subsection (4), if notice of intent to consider such ordinance is given at least 10 days prior to said meeting by publication in a newspaper of general circulation in the county. A copy of such notice shall be kept available for public inspection during the regular business hours of the office of the clerk of the board of county commissioners. The notice of proposed enactment shall state the date, time, and place of the meeting the title or titles of proposed ordinances and the place or places within the county where such proposed ordinances may be inspected by the public. The notice shall also advise that interested parties may appear at the meeting and be heard with respect to the proposed ordinance.

§ 125.66(2), Fla. Stat. (1995) (emphasis added). Thus, section 125.66(2) requires that notice of a proposed ordinance be published at least ten days before the commission meeting at which the ordinance will be considered. The notice must include the title of the proposed ordinance and “the place or places within the county where such proposed ordinance may be inspected by the public.” § 125.66(2), Fla. Stat. (1995). Thus, when enacting most ordinances, counties must allow the public to inspect drafts of all proposed regular ordinances before their enactment.

2. Section 125.66(4)(a): Changes to the Zoning Map Designation of Parcels of Land Involving Fewer than Ten Acres

Section 125.66(4)(a), Florida Statutes (1995), prescribes the procedures to be followed in enacting zoning changes affecting fewer than ten acres of land. That section states in relevant part:

(a) In cases in which the proposed ordinance ․ changes the actual zoning map designation for a parcel or parcels of land involving less than 10 contiguous acres, the board of county commissioners, in addition to following the general notice requirements of subsection (2), shall direct its clerk to notify by mail each real property owner whose land [will be affected]․ The notice shall state the substance of the proposed ordinance or resolution as it affects that property owner ․

§ 125.66(4)(a), Fla. Stat. (1995) (emphasis added). This subsection requires compliance with the notice requirements of subsection (2), described above, and requires that counties mail to each property owner affected by the proposed ordinance a summary of the proposed ordinance explaining how the proposed ordinance will affect them.

3. Section 125.66(4)(b): Ordinances That Change the List of Permitted, Conditional, or Prohibited Uses Within a Zoning Category

The last category of procedures applies, among other areas, to ordinances that change the list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category. Monroe County Ordinance 004-1997 falls within this category. Section 125.66(4)(b) provides in relevant part:

(b) In cases in which the proposed ordinance or resolution changes the actual list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category ․ the board of county commissioners shall provide for public notice and hearing as follows:

1. The board of county commissioners shall hold two advertised public hearings on the proposed ordinance or resolution. At least one hearing shall be held after 5 p.m. on a weekday, unless the board of county commissioners, by a majority plus one vote, elects to conduct that hearing at another time of day. The first public hearing shall be held at least 7 days after the day that the first advertisement is published. The second hearing shall be held at least 10 days after the first hearing and shall be advertised at least 5 days prior to the public hearing.

2. The required advertisements shall be no less than 2 columns wide by 10 inches long in a standard size or a tabloid size newspaper, and the headline in the advertisement shall be in a type no smaller than 18 point. The advertisement shall not be placed in that portion of the newspaper where legal notices and classified advertisements appear. The advertisement shall be placed in a newspaper of general paid circulation in the county and of general interest and readership in the community pursuant to chapter 50, not one of limited subject matter. It is the legislative intent that, whenever possible, the advertisement shall appear in a newspaper that is published at least 5 days a week unless the only newspaper in the community is published less than 5 days a week. The advertisement shall be in substantially the following form:

The (name of local government unit) proposes to adopt the following by ordinance or resolution: (title of ordinance or resolution).

A public hearing on the ordinance or resolution will be held on (date and time) at (meeting place).

§ 125.66(4)(b) (1995) (emphasis added).

Section 125.66(4)(b) contains several important provisions. It requires that counties hold two public hearings on all proposed ordinances that change the list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category. The hearings must be advertised in a newspaper of general circulation. Subsection (4)(b) also contains precise details about the form of the advertisement and its placement within the newspaper edition. Unlike the regular enactment procedure described in subsection (2), however, subsection (4)(b) does not require that drafts of proposed land use ordinances be made available for public review. Also unlike subsection (4)(a), subsection (4)(b) does not require that counties provide notice of the substance of the proposed ordinance or its effect on property owners, and does not require counties to comply with the provisions of subsection (2). In fact, subsection (4)(b) permits counties to provide notice of ordinances that change the permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category by their title only. This distinction will be important in deciding which definition of “substantial or material change” we should adopt.

C. Defining a “Substantive or Material Change”

As noted above, the parties propose three possible definitions of “substantial or material change”: (1) a change to the actual list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category (2) a change necessary to secure legislative enactment and (3) a change in the original purpose of an ordinance. Plaintiffs argue that we should adopt one of the first two definitions, while the County advocates for the third. We first consider the Plaintiffs' proposed definitions, ultimately rejecting them. We then discuss why the County's definition best suits the purposes behind the statutory requirements and the orderly and democratic process of local government.

1. Any Change to the List of Permitted, Conditional, or Prohibited Uses Within Any Zoning Category

Plaintiffs propose that any change to the list of permitted uses within any zoning category requires the process to restart. They derive this standard from the language of section 125.66(4)(b). Plaintiffs argue that any change substantial enough to trigger the enactment process-that is, a change to the list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category-is substantial enough to require a restart when the change is made during that process. Nous ne sommes pas d'accord. What triggers the requirements of section 125.66(4)(b) is not the “substantial” nature of the proposed ordinance, but the fact that it changes the list of permitted, conditional, or prohibited uses. For purposes of the restart requirement, however, the term “substantial” refers to the importance of the change, not to the effect of the ordinance itself.

The Plaintiffs' proposed standard would be prohibitively restrictive. As the County argues, such a standard would require a restart whenever, due to input from either staff or a member of the public at a public hearing, the County in any way changed the list of permitted, conditional, or prohibited uses within a zoning category. Thus, for example, if in this case the original proposed ordinance permitted vacation rentals in twenty of twenty-three districts, but due to public input the County changed the ordinance to permit vacation rentals in only nineteen districts, the entire process would have to start over again. If, at another public hearing, the County decided to permit vacation rentals in only eighteen districts, the process would have to start yet again. This cycle could potentially repeat itself forever, or at least for an extended period of time. It would render any proposed land use ordinance almost impossible to amend and would result in ironic consequences: far from allowing greater public input into the decision-making process, it would discourage counties from changing a proposed ordinance as a result of public input, as such change would delay the enactment process. This would substantially diminish the role of the public in modifying a proposed ordinance. The purpose of the public hearings that section 125.66(4)(b) requires is to provide a forum for public comment so that proposed ordinances may be modified after input from citizens who may be affected by the ordinance. Under the Plaintiffs' proposed standard, however, even slight changes to the list of permitted, conditional, or prohibited uses to accommodate citizen concerns would require the entire process to start over. Such a standard would provide commissioners with a strong incentive to ignore public commentary and give unmerited weight to the original version of a proposed ordinance. We therefore reject this definition of a substantial or material change.

2. Any Change Necessary to Secure Legislative Passage of an Ordinance

Plaintiffs also argue that a substantial or material change includes “any change necessary to secure legislative passage of the ordinance.” Plaintiffs assert that such a change is a “cause-in-fact” of passage, and therefore is necessarily a “substantial factor.” Such a test would be both over- and under-inclusive, however. Many changes necessary to ensure passage might not be substantial or material, whereas some substantial changes might be made for reasons other than securing legislative approval. Such a test would also require a subjective and speculative determination of every county commissioner's intent when voting to adopt a county ordinance. Such a standard would be neither workable nor consistent with the letter and purpose of the statute.

3. The General Purpose Standard

Monroe County advocates instead for a definition of “substantial or material change” based on the ordinance's general purpose. The County argues that only changes that alter the original purpose of a proposed land use ordinance should require the enactment process to begin anew. We believe such a standard would be faithful both to the text of section 125.66 and to the public interest. This standard derives from the Florida Attorney General Opinion cited above, which states that “amendments can be made during passage of an ordinance when the amendment is not one changing the original purpose.” Op. Att'y Gen. Fla. 82-93 (emphasis added). As previously noted, section 125.66(4)(b) requires that the county advertise only the title of the proposed land use ordinance. It seems reasonable, then, that only changes to the ordinance that would render the advertised title inaccurate or misleading should require the enactment process to begin anew. Consider, for example, a proposed ordinance that seeks to change the permissibility of public swimming pools in various land use districts throughout Monroe County. The title of the proposed ordinance might be noticed as: “Regulation of public swimming pools in all land use districts throughout Monroe County.” If during the enactment process the proposed ordinance was changed so that it also affected the list of land use districts where bowling alleys would be permitted, this would render the title inaccurate. Such a change would require the enactment process to start over because the ordinance's title would no longer be accurate. This rationale is consistent with a general purpose test, since the title of a proposed ordinance is an expression of its general purpose. If a change renders the title inaccurate, then it has very likely altered the general purpose of the proposed ordinance as well.

A general purpose test is consistent with relevant Florida cases. See Webb v. Town Council, 766 So.2d 1241, 1244 (Fla. 1st DCA 2000) (“The law is well settled that notice must adequately inform as to what changes are proposed, and the actual change must conform substantially to the proposed changes in the notice.”) Love Our Lakes Ass'n v. Pasco County, 543 So.2d 855, 857 (Fla. 2d DCA 1989) (same) Williams v. City of North Miami, 213 So.2d 5 (Fla. 3d DCA 1968) (same).

In this case, even if the enactment procedures had begun anew, the public would not have received meaningful notice of the changes because none of them rendered the title inaccurate. If the enactment process had started over, and the ordinance had been re-noticed, the title would still have read: “Modifying the existing prohibition on tourist housing including vacation rentals in all districts in Monroe County.” 2

Of the three proposed definitions, the general purpose approach also best serves the public's interest in efficient and responsive local government. As explained above, the two definitions Plaintiffs offer contain serious practical difficulties. A definition premised on changes to the general purpose of a proposed ordinance allows the county commission to adopt changes based on input received at public hearings without compromising the public's right to receive adequate notice of proposed changes.

By requiring that counties publish the title of proposed ordinances in a newspaper of general circulation, section 125.66(4)(b) places the public on notice that the availability of a particular land use might be altered throughout the county. The two-hearing requirement allows the public to voice their concerns. Interested citizens may attend the hearings and advise the county commission on how to treat that land use within each of their respective districts. The commissioners may then use the input they receive from the public to modify the list of zoning categories where the land use at issue will be permitted, conditional, or prohibited. As one amicus curiae in this case described the process, “choices can be made, minds can be changed, citizens can be heard, and so long as the original purpose of the ordinance is not altered, the ordinance can evolve and change without the local government having to renew the notice and hearing process.” Of the three possible definitions presented in the circuit court's certified question, the general purpose approach is the most practical and provides the greatest benefit to the public.

D. Applying the Standard to Ordinance No. 004-1997

We now apply the general purpose standard to the ordinance. The first title notified the public that the County was considering a change in the permissibility of vacation rentals in all land use districts. The second advertised title provided notice to all residential property owners that vacation rentals in those districts might be restricted. Ultimately, Ordinance No. 004-1997 only prohibited vacation rentals in residential land use districts. Because the actual changes enacted by the ordinance conformed substantially with the notice provided to the public, we hold that the ordinance satisfies the general purpose test. Although the advertised title was modified between the first and second hearings, the first advertised title provided notice to all zoning districts in Monroe County, whereas the second advertised title only provided notice to residential zoning districts. Because the enacted ordinance only affected residential zoning districts, the change in the advertised title was not substantial or material. Both titles put residential district residents on notice of the zoning change that was ultimately adopted. Our opinion might differ if the second advertised title had broadened, rather than limited, the scope of the ordinance.

Plaintiffs argue, however, that various changes were made during the enactment process, and that drafts of the proposed changes were not made available to the public until the last minute. As noted in the previous section, section 125.66(4)(b) does not require that counties provide drafts of proposed ordinances for public review. They are required only for regular ordinances, which are governed by section 125.66(2). Therefore, changes to the drafts cannot form the basis for requiring the enactment process to begin anew.

As noted above, section 125.66(4)(b) requires that counties provide notice only of a proposed ordinance's title. Given that title notice is all that is required, restarting the enactment process would have accomplished little. The changes to the proposed ordinance all related to the regulation of vacation rentals in Monroe County. See City of Hallandale v. State ex rel. Zachar, 371 So.2d 186, 189 (Fla. 4th DCA 1979) (“The title need not be an index to the contents. It is not necessary that it delineate in detail the substance of the statute.”) see also A.B.T. Corp. v. City of Fort Lauderdale, 664 F.Supp. 488, 490-91 (S.D.Fla.1987) (same). Nothing in the enacted ordinance rendered the advertised title misleading or inaccurate. Thus, there was no need to restart the enactment procedure. 3

For the reasons stated, we hold that a change in the general purpose of a proposed ordinance is the definition of “substantial or material change” most compatible with the text of section 125.66(4)(b). The general purpose test strikes an effective balance between providing the public with adequate notice and permitting the efficient modification of proposed ordinances in response to public input. Having answered the certified question, we return this case to the United States Court of Appeals for the Eleventh Circuit.

1. These are: urban commercial urban residential urban residential mobile home urban residential mobile home-limited suburban commercial suburban residential suburban residential (limited) sparsely settled residential native area mainland native area offshore island improved subdivision destination resort recreational vehicle commercial fishing area commercial fishing village commercial fishing special mixed use industrial maritime industries military facilities airport park and refuge and conservation. Monroe County, Fla., Code § 9.5-202 (2007).

2. We do not suggest that the title of the ordinance will always be the only indicator of an ordinance's general purpose. There may be cases where changes to the ordinance may not render the title inaccurate but may alter its general purpose. In this case, however, the ordinance's general purpose remained the same throughout the process.

3. Plaintiffs also argue that the County's procedures in enacting the ordinance violated due process. That issue, however, is for the Eleventh Circuit Court of Appeals to decide.


They Shall Not Pass! 1914-1918, 1918

They Shall Not Pass A poster from the Union of the Great French Associations Against Enemy Propaganda It refers to the two French victories at the Marne the first stopping the German advance in the first year of the war the second halting their final offensive in August

Art Culturel

Ne perdez jamais contact avec vos racines ou adoptez une nouvelle culture avec l'art du monde. Notre collection vous rapprochera des traditions, des moments culturels et même historiques du monde entier. Explorez l'art bohème, scandinave, tropical sans quitter votre canapé.

Norman Rockwell, Monica Stewart, Frida Kahlo, Jean-Michel Basquiat sont réputés pour capturer la culture avec leur art. Élevez votre espace de vie avec nos chefs-d'œuvre de la culture mondiale personnalisés dans notre toile étirée à la main par des professionnels.

Art figuratif

Vous pensez aux délices de la réalité ? Vous pariez que vos murs aussi. Alors, pourquoi ne pas leur faire découvrir notre collection d'art figuratif. Faites connaissance avec des muses inspirantes de maîtres célèbres ou apercevez des icônes de la culture pop filmées. Tous les chefs-d'œuvre que vous choisissez donneront à votre espace une histoire unique à partager dans nos cadres fabriqués à la main.

Ce genre d'art implique une représentation réaliste d'objets vivants et inanimés. Des artistes comme Jean Michel Basquiat, Norman Rockwell et Banksy sont réputés pour offrir une plate-forme aux commentaires culturels et aux expériences humaines à travers leur art.


The Prussian octopus by Maurice Neumont

Germany is shown in different shadings of red, indicating its numerous annexations of surrounding territory since 1740, the most recent being the 1871 seizure of Alsace-Lorraine during the Franco-Prussian War. Sprawled across Germany is a large octopus in a Prussian Pickelhaube (spiked helmet), its tentacles extended to wrap around essentially all of Europe. At far right a bar chart of sorts represents the historical growth in the size and ferocity of the Prussian army, from something cartoon-like in the 18th-century (though that hardly does justice to Frederick the Great!) to the massive, looming ogre of the First World War.

The map uses several prominent textual elements to support the visual argument. Superimposed on France is a recent declaration from the Chamber of Deputies: “Invaded 47 years ago, Alsace-Lorraine is no different from the French departments invaded three years ago.” Splashed across the Mediterranean in bright-red letters is a quote from the pan-Germanist “All-Deutscher Verband,” pronouncing that “The German people must rise as a nation of masters above the inferior nations of Europe.” In the lower margin General Petain exhorts the French people “Under attack, we are merely defending ourselves in the name of Liberty and to preserve our lives.”

The poster was drawn by Parisian artist Maurice Neumont (1868-1930) at the behest of “La Conference au Village contre la Propagande ennemie en France.” The Conference was established in 1917 for the purpose of advancing the patriotic cause in rural and provincial France by distributing more effective propaganda and countering similar German efforts.

Les références
Rumsey #8865. OCLC lists six examples in institutional collections, including the Bibliotheque nationale, Boston Athenaeum, British Library, and Library of Congress.


Voir la vidéo: Maurice 4K Restoration Trailer 1987. Hugh Grant, James Wilby (Août 2022).