Conseils

Patrons et clients de la société romaine

Patrons et clients de la société romaine



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les habitants de la Rome antique étaient divisés en deux classes: les riches, les patriciens aristocratiques et les roturiers plus pauvres appelés les plébiens. Les Patriciens, ou Romains des classes supérieures, étaient les clients des clients plébiens. Les clients ont fourni de nombreux types de soutien à leurs clients qui, à leur tour, ont rendu des services et ont fidélisé leurs clients.

Le nombre de clients et parfois le statut de clients confèrent du prestige au client. Le client devait son vote au patron. Le client protégeait le client et sa famille, donnait des conseils juridiques et aidait les clients financièrement ou autrement.

Selon l'historien Livy, ce système a été créé par le fondateur de Rome (peut-être mythique), Romulus.

Règles de patronage

Le mécénat ne consistait pas simplement à choisir une personne et à lui donner de l'argent pour subvenir à ses besoins. Au lieu de cela, il y avait des règles formelles relatives au favoritisme. Bien que les règles aient changé au fil des ans, les exemples suivants donnent une idée du fonctionnement du système:

  • Un patron pourrait avoir son propre patron; par conséquent, un client pouvait avoir ses propres clients, mais lorsque deux Romains de haut rang entretenaient une relation d'intérêt mutuel, ils étaient susceptibles de choisir l'étiquette. amicus ('ami') pour décrire la relation depuis amicus n'impliquait pas de stratification.
  • Certains clients appartenaient à la classe plébienne mais n'avaient jamais été esclaves. D'autres étaient des esclaves libérés. Alors que les plumes libres-nés pouvaient choisir ou changer de patron, les esclaves libérés appelés liberti ou affranchis devenaient automatiquement clients de leurs anciens propriétaires et étaient obligés de travailler pour eux à un titre ou à un autre.
  • Chaque matin, à l’aube, les clients devaient saluer leurs clients avec une salutation appelée salutatio. Ce message d'accueil pourrait également être accompagné de demandes d'aide ou de faveurs. Par conséquent, les clients étaient parfois appelés salutatores.
  • Les clients étaient censés soutenir leurs clients dans tous les domaines, personnels et politiques. En conséquence, un client plus riche pouvait compter sur les votes de ses nombreux clients. Dans le même temps, les clients étaient censés fournir toute une gamme de produits et de services, notamment des produits alimentaires (souvent échangés contre de l’argent comptant) et des conseils juridiques.
  • Il y avait aussi un mécénat dans les arts où un mécène fournissait les moyens de permettre à l'artiste de créer confortablement. L'œuvre ou le livre serait dédié au mécène.

Résultats du système de patronage

L'idée de relations client / client avait des implications importantes pour le dernier Empire romain et même pour la société médiévale. Au fur et à mesure que Rome s'étendait dans toute la République et l'Empire, elle s'empara de petits États dotés de coutumes et de règles de droit propres. Plutôt que d'essayer de destituer les dirigeants et les gouvernements des États et de les remplacer par des dirigeants romains, Rome a créé des «États clients». Les dirigeants de ces États étaient moins puissants que les dirigeants romains et devaient se tourner vers Rome en tant qu'État parrain.

Le concept de clients et de clients a toujours existé au Moyen Âge. Les dirigeants de petites villes / états servaient de patrons aux serfs les plus pauvres. Les serfs ont revendiqué la protection et le soutien des classes supérieures qui, à leur tour, demandaient à leurs serfs de produire de la nourriture, de fournir des services et d’agir comme des partisans loyaux.